Football

Sasha Gigliani : « Je suis footballeuse et mannequin, mais je suis une femme avant tout »

Dans une interview consacrée à la FIFA, Sasha Gigliani, mannequin et footballeuse s’exprime sur son combat face aux préjugés qui planent autour du sport féminin.

A 26 ans, Sasha Gigliani évolue au poste d’attaquante au sein du club de Velez en Argentine. Une passion pour le ballon rond dans laquelle l’Argentine est tombée toute petite. Son grand-père, Faustino, s’occupait du club de Saladillo, sa ville natale. « J’avais six ans et il m’emmenait avec lui quand il allait tondre la pelouse. Moi, je voyais les garçons et j’avais envie de jouer aussi. Il l’a accepté et il m’a dit qu’en commençant très jeune, j’allais apprendre beaucoup de choses. D’ailleurs, il me donne encore des conseils. » Sasha Gigliani a joué avec les garçons jusqu’à que son grand-père prenne la décision de monter une équipe féminine. « Certains l’ont critiqué, mais il s’en fichait. Ça aussi, ça m’a été utile »

Une image à part entière

En dehors des terrains de football, Sasha Gigliani est une mannequin reconnue en Argentine. Miss Argentine 2020 et élue Reine Hispano-Américaine Internationale 2020, elle est aujourd’hui une star de son pays.  « Je veux que le mannequinat aide à renforcer le football féminin de façon générale. » Durant l’élection internationale, l’Argentine est entrée en scène avec un ballon sous le coude. Une manière de montrer la féminité des joueuses de football dont l’image à l’heure actuelle est plutôt celle d’un garçon manqué. « Quand tu joues au foot, certains te considèrent encore comme un garçon manqué, comme une fille qui n’est pas très féminine. Il y en a aussi qui cataloguent les mannequins comme des filles superficielles, qui se contentent d’être belles. »

« Je veux faire une grande carrière dans le football »

Le quotidien de Sasha Gigliani est rythmée entre les shooting photo et les entraînements. « Ma priorité, c’était déjà le football, mais il m’est arrivé d’avoir tout juste le temps de me démaquiller pour aller à l’entraînement. » A l’heure actuelle, il serait impossible pour elle de vivre seulement du football. C’est pourquoi, elle jongle entre sa carrière dans le mannequinat et celle dans le football. « C’est avec le soutien des marques que nous grandirons en tant que joueuses car le football féminin manque d’argent. On doit toutes maîtriser cet aspect-là, par exemple pour savoir nous comporter devant les médias. » Le rêve ultime de Sasha Gigliani dans la vie, serait un jour de jouer pour la sélection nationale d’Argentine, « même si ce n’est qu’une seule fois et sur le banc. »


Photo à la Une (@Instagram Sasha Gigliani)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer