HandballHandball : Equipe de FranceHandball : Ligue des Champions de l'EHF

Amandine Leynaud (Györ) : « Le jeu me manque vraiment »

Alors que toutes les compétition sont arrêtées depuis mars, les terrains commencent cruellement à manquer à la gardienne de Györ et des Bleues (202 sélections). La native d’Aubenas s’est confiée sur cette longue pause forcée et sur la reprise progressive des compétitions.

Depuis plusieurs mois maintenant, le monde du sport est quasiment à l’arrêt total. Et le handball ne déroge pas à la règle. La gardienne de l’équipe de France Amandine Leynaud s’est exprimée pour le site de la FFHandball. Selon elle, cette pause a eu un effet bénéfique : celui de lui accorder un peu de temps avec sa famille. Toutefois, la joueuse de 34 ans est une athlète avant tout et l’absence de compétition a eu un impact sur elle : « J’ai fait du sport pour m’entretenir, mais cela n’a rien à voir avec la charge du handball, les coups, les changements de direction, les sauts… C’est étonnant de se réveiller sans douleurs et sans courbatures au réveil ».

Quelque temps avant la crise sanitaire, l’ancienne Messine avait fait le choix de prolonger son contrat en Hongrie. Une décision bien sentie : « Je ne sais pas si c’est un facteur chance, mais c’est un choix assumé qui découle des questions que l’on se pose en fin de carrière. Je me sens bien à Györ et, au regard de la situation, c’eût été très bizarre de m’arrêter là-dessus, de ne pas boucler la saison. »

« Cela paraît très paradoxal »

Amandine Leynaud s’est également exprimée sur une éventuelle reprise du championnat hongrois : « J’ai très envie de jouer au handball. S’entraîner dur, se surpasser, faire une belle action. Le jeu me manque vraiment ». La gardienne a ensuite évoqué la coupure avec l’équipe de France depuis plusieurs mois. Selon elle, les Bleues seront encore plus heureuses de se retrouver à la fin de cette crise sanitaire, et c’est ce qui compte.

Enfin, celle qui fera la paire avec sa compatriote Laura Glauser la saison prochaine a donné son avis sur le format proposé par l’EHF pour le Final Four de la Ligue des Champions, prévu en septembre. Elle est très mitigée à ce sujet : « Ce serait très particulier. Cela veut dire que les filles avec qui on a vécu toute la saison, mais qui peuvent être amenées à quitter le club cet été ne joueront pas le Final Four. Cela paraît très paradoxal ». Quoi qu’il en soit, cela sera aussi l’occasion de voir les meilleures handballeuses s’affronter. Et ça, ça n’a pas de prix !


Photo à la Une : (@EquipedeFranceHand)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer