FootballFootball : D1 Arkema

Bilan – D1 Arkema : ASJ Soyaux, un sauvetage économique après un sauvetage sportif ?

Depuis le lundi 1er juin et jusqu’à la fin du mois août, Le Sport au Féminin revient sur la saison de D1 Arkema. Zoom pour ce troisième volet sur le dixième du dernier exercice, l’ASJ Soyaux.

Alors qu’elles se sont sauvées sportivement parlant, les joueuses Sojaldiciennes ne sont toujours pas tirées d’affaire. En effet, l’ASJ Soyaux fait face à d’importants problèmes financiers. Les mêmes qui avaient d’ailleurs coûté trois points au club charentais en janvier dernier.

Le club n’est pas encore sûr de se maintenir

Même si l’ASJ Soyaux a arraché son maintien dans l’élite sur les terrains, les filles de Sébastien Joseph ne sont pas encore sûres de rester en D1. Dans un entretien avec la DNCG il y a quelques semaines, il a été demandé à l’ASJ de rapidement redresser la barre économiquement. Pour obtenir son sésame pour la D1 Arkema, Soyaux devra présenter un budget d’à peu près 900.000 euros. « Avant le confinement, j’étais optimiste et serein. J’avais fait un planning financier dans tous les domaines avec un prévisionnel de 900 000 euros pour se maintenir l’année prochaine qui tenait debout. Avant le confinement, on était les rois du pétrole, on avait trouvé du sponsoring, j’ai mis dans mon équipe des gens qui me suivent depuis des années », a déclaré Joël Cordeau. La réponse devrait tomber ce lundi pour les Sojaldiciennes.

Sarah Cambot s’en va

C’est sans aucun doute Sarah Cambot qui aura été le meilleur atout de Soyaux cette saison. La joueuse de 27 ans a terminé meilleure buteuse du club loin devant ses coéquipières. Avec six buts en quinze titularisations, l’ancienne Bordelaise a inscrit pratiquement la moitié des buts de son équipe cette année (quinze au total). Sarah Cambot a notamment été l’auteure d’un doublé face à l’Olympique de Marseille, dans un match crucial en vue du maintien. Après cette belle saison, la joueuse a décidé de plier bagage pour s’offrir un nouveau challenge.

…et ce n’est pas la seule à partir

Comme évoqué ci-dessus, l’ASJ Soyaux doit renflouer ses caisses s’il veut faire partie de l’élite l’année prochaine. Dans ce sens, plusieurs départs ont déjà été annoncés par le club. Arrivées du PSG et de l’ASSE il y a de cela deux ans, Anissa Lahmari et Lucie Pingeon vont faire leurs valises. L’attaquante Sarah Magnier va également s’en aller. Arrivée de Limoges, en Régionale 1, la native de Montluçon ne sera restée qu’une seule saison du côté de Soyaux. Enfin, la gardienne numéro deux, Cassandra Moinet, ne sera pas conservée par Sébastien Joseph. Ces départs devraient être compensés sous peu, selon le coach sojaldicien : « Il y a encore cinq joueuses qu’on n’est pas sûr de garder. En fonction de nos choix et des leurs, on sera peut-être amené à recruter d’autres joueuses ». Plusieurs salaires importants qui s’en vont, cela devrait aider Soyaux à redresser la barre.

Le club sur la bonne pente ?

Pour Le Sport au Féminin, le coach de Soyaux Sébastien Joseph s’était exprimé sur les ambitions de son club pour la saison prochaine. Si toutefois le club était maintenu en D1 Arkema. Le technicien sojaldicien s’était notamment enthousiasmé par rapport à la création d’une société autour du club. L’ASJ Soyaux va également se doter de nouvelles infrastructures : « On a notre nouveau stade qui arrive, une nouvelle infrastructure d’entraînement etc .. C’est positif, cela va créer une nouvelle dynamique et il y aura forcément des changements dans l’effectif par rapport à cela. On peut parler de 5,6 départs et 5,6 arrivées ». De bon augure pour le club charentais ?


Photo à la Une : (@ASJ-Soyaux-min)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer