HandballHandball : Ligue Butagaz Énergie

Handball : Le ton monte entre la Fédération et les clubs

Alors que la saison 2019-2020 de Ligue Butagaz Energie (LBE) a été brutalement stoppée en raison de la pandémie de coronavirus, la Fédération a fait des propositions aux clubs pour la prochaine saison de LBE. Mais les deux parties sont pour le moment en total désaccord.

C’est pour l’instant un dialogue de sourds auquel on assiste entre la FFHB et les clubs de LBE. Alors qu’une réunion devait être organisée vendredi dernier entre les différentes parties, celle-ci n’a finalement jamais eu lieu. Difficile de distinguer une issue imminente à cette cacophonie tant les divergences sont importantes.

La FFHB propose une reprise le 22 août et deux poules de sept

Au coeur des divergences, on retrouve les propositions faites par la Fédération pour le retour à la compétition. À savoir une reprise du championnat le 22 août prochain et la mise en place de deux poules de sept avec des play-offs et des play-downs en fin de saison. Cette nouvelle formule est motivée par la prudence selon Philippe Bana le directeur technique national (DTN). « On est dans une année post-Covid qui peut se bloquer avec des clusters locaux et, si on ne met pas de période de sécurité, c’est dangereux. Donc plus tu commences tôt, moins tu te mets en danger dans l’année pour les joueuses », a-t-il justifié. Si aucun format n’a pour l’heure été entériné, les dirigeants des 14 clubs de LBE sont majoritairement pour une reprise le 16 septembre et un format à 26 journées avec une finale aller-retour. Ils se sont même dits prêts à avancer d’une semaine le début du championnat, soit le 9 septembre. La FFHB s’est elle dite prête à repousser la reprise au 29 août.

Le président de Nantes menace de retirer son équipe

Au milieu de ces désaccords s’est élevée une voix ce lundi. Celle d’Arnaud Ponroy, le président du Nantes Atlantique HB, troisième du dernier exercice. Le dirigeant nantais a dénoncé « une tentative de coup d’état de la Fédération sur la Ligue Féminine de Handball » et a menacé de ne pas aligner son équipe au départ de la prochaine saison de LBE. « Comment envisager une reprise mi-août alors que les entraînements reprendront début juillet et qu’il faut compter 1 semaine de tests médicaux post-Covid, 4 à 6 semaines de réathlétisation, 1 à 2 semaines de congés et 4 à 6 semaines de préparation classique, soit entre 10 et 15 semaines au total ? Face à ce constat implacable, la FFHB a tenté de nous imposer un championnat à 2 poules de 7 et 20 matches dans la saison, sans aucune visibilité, sans intérêt sportif et sans aucun respect des partenaires et des acteurs de notre ligue », s’est-il indigné. De son côté la présidente de Fleury Sabine Guillien-Heinrich a appelé à « ne pas précipiter les choses » sans quoi « ce serait une boucherie, parce que les joueuses ne seront pas prêtes. »

Concernant les deux poules de sept, le président de Metz a lui estimé que « cela permettrait aux équipes européennes de pouvoir se concentrer sur la Coupe d’Europe ». Les avis sont donc bien divergents, tant entre la FFHB et les clubs qu’entre les clubs eux-mêmes. Une décision est attendue dans les prochains jours.


Photo à la Une : (@CNOSF)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer