Divers

France TV dévoile les résultats de son enquête interne après le témoignage de Clémentine Sarlat

La direction de France Télévisions a révélé ce jeudi les résultats de son enquête interne après le témoignage en avril dernier de la journaliste sportive Clémentine Sarlat. Elle avait alors évoqué des faits de harcèlement moral et de sexisme au sein de la rédaction des sports de France TV.

« Avec les vieux, dès que je mettais une jupe, j’avais forcément le droit à une réflexion. » Ces mots, sorties de la bouche de Clémentine Sarlat en avril dernier, avaient provoqué l’indignation dans le monde des médias. La journaliste sportive, ancienne employée de France TV, s’était alors longuement confiée à L’Equipe à propos d’un traitement sexiste dont elle dit avoir été victime au sein du service des sports. Face à ces révélations, la direction de France TV avaient alors décidé de mener une enquête interne par l’intermédiaire du cabinet spécialisé Interstys. Ce dernier, après s’être entretenu avec 115 personnes, a présenté son rapport à Delphine Ernotte, patronne de la société de télévision publique.

« Une culture masculine de la rédaction »

Parmi les journalistes, techniciens ou autres membres de la rédaction interrogés, des témoignages évoquant une tendance machiste reviennent avec insistance. Sont notamment mentionnés « une culture masculine de la rédaction », « des clichés très présents sur les femmes qui ne connaissent pas assez bien le sport »« une ambiance de vestiaire à l’humour graveleux permanent », ou encore « des propos en réunion à propos d’une nouvelle stagiaire : « celle-là, je la baiserais bien ». Ces révélations viennent s’ajouter à une enquête de Mediapart sur la question baptisée À France Télévisions, le service des sports est un bastion sexiste, faisant état de témoignages similaires.

Des sanctions à venir ?

Face à la gravité des faits rapportés par l’enquête, la direction de France TV a annoncé la « mise en place d’un plan d’action sans délais » avec notamment des formations obligatoires pour éviter les comportements inappropriés. Quant à la question de savoir si des sanctions étaient prévues, le directeur du service des sports, Laurent-Éric Le Lay, a répondu. « Pour l’instant, je n’ai pas accès à toutes les données, mais s’il doit y avoir des sanctions, il y en auraOn ne va rien laisser passer ! » En attendant, le témoignage de Clémentine Sarlat semble avoir libéré la parole sur un sujet très sensible mais bien présent dans le monde des médias.


Photo à la Une : (@Flickr)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer