Football

La Coupe du monde féminine de football 2023 aura lieu en Australie et en Nouvelle-Zélande

Le conseil de la FIFA a confié ce jeudi l’organisation de la Coupe du monde féminine de football 2023 à l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Cette attribution fait suite à un vote au cours duquel la candidature commune des deux pays a reçu 22 voix.

Le résultat était pressenti. C’est bien l’Australie et la Nouvelle-Zélande qui succèderont à la France et qui organiseront conjointement la Coupe du monde féminine de football 2023. C’est Gianni Infantino, le président de la FIFA, qui l’a annoncé lors d’une intervention en visioconférence. Le Mondial aura lieu dans ces deux pays pour la première fois de l’histoire, leur candidature ayant récolté 22 voix contre 13 pour la Colombie.

Un résultat attendu

Le choix de la candidature conjointe des deux voisins d’Océanie était pressenti ces derniers jours après les désistements de plusieurs candidatures. Le Brésil et le Japon s’étaient en effet tour à tour retirés de la course, laissant la Colombie seule face à l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Ces deux pays étaient alors donnés largement favoris compte tenu notamment des notes attribuées aux candidatures. La Colombie avait reçu la moins bonne de tous les dossiers (2,8) contre 4,1 pour le tandem océanien. D’autre part, les stades des 12 villes hôtes sont déjà construits hormis un qui doit être terminé en 2022 à Sydney.

Un an après le succès du tournoi en France, c’est un moment charnière de l’histoire de la compétition qui s’est décidé ce jeudi. L’Australie et la Nouvelle-Zélande seront en effet les premières nations à accueillir une Coupe du monde féminine à 32 équipes contre 24 habituellement. La France, qui a voté pour le duo océanien, a réagi à ce résultat par le biais de Roxana Maracineanu la Ministre des Sports qui a félicité sur Twitter les grands gagnants du vote.


Photo à la Une : (@DR)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer