FootballFootball : D1 Arkema

Bilan – D1 Arkema : Une première saison réussie pour le Stade de Reims

Depuis le lundi 1er juin et jusqu’à la fin du mois août, Le Sport au Féminin revient sur la saison de D1 Arkema. Zoom pour ce cinquième volet sur le huitième du dernier exercice, le Stade de Reims.

Après trente ans d’absence, le Stade de Reims faisait son grand retour dans l’élite du football français cette saison. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les Champenoises ont parfaitement réussi leur come-back en D1 Arkema. Zoom sur l’exercice 2019-2020 d’une équipe qui n’a rien lâché.

Une équipe accrocheuse

Cette bonne saison, le Stade de Reims la doit notamment à l’état d’esprit de son équipe. En effet, les Rémoises n’ont jamais rien lâché, amenant parfois à des fins de matchs extraordinaires. À plusieurs reprises, les joueuses d’Amandine Miquel ont réussi à arracher le point du nul en fin de rencontre. Cela a notamment été le cas face à Guingamp en décembre dernier. Les Champenoises étaient revenues à un but partout grâce à l’internationale italienne Giorgia Spinelli et ce, à la 87e minute. Quelques semaines plus tard, le Stade de Reims avait réussi à l’emporter face à Metz de la même manière. Tanya Romanenko avait donné les trois points à son équipe grâce à un but à la 88e minute.

Une attaque trop timide

Avec seulement treize buts marqués cette saison, Reims pointe seulement à la neuvième place du classement des meilleures attaques du Championnat de France. Âgée de seulement 18 ans, Naomie Feller s’est notamment distinguée. La jeune Française aura marqué trois buts en neuf titularisations. Si bien que la jeune internationale U20 a tapé dans l’œil de l’Olympique Lyonnais, club qu’elle a rejoint en prêt cet hiver. Arrivée en 2017 en Champagne, l’internationale ukrainienne (42 sélections) Tanya Romanenko a également aidé le Stade de Reims a réussir son retour dans l’élite. La native d’Odessa aura trouvé le chemin des filets à trois reprises en onze titularisations. S’il veut encore faire mieux la saison prochaine, le Stade de Reims devra donc progresser sur le plan offensif. D’autant que les coéquipières de Naomie Feller ont prouvé cette saison qu’elles pouvaient exister offensivement face aux cadors du championnat.

Un match incroyable face à l’OL

Le Stade de Reims est rapidement entré dans le vif du sujet. Dès leur deuxième match dans l’élite, les Rémoises recevaient l’ogre lyonnais à Auguste Delaune. Les Champenoises sont très rapidement menées deux buts à rien suite à des réalisations de Delphine Cascarino (1re) et Ada Hegerberg (3e). Mais les filles d’Amandine Miquel n’abdiquent pas et parviennent à réduire la marque grâce à Naomie Feller. Le match se termine sur le score de 8-3 pour les Lyonnaises. Malgré cette lourde défaite, les Rémoises sont loin d’avoir démérité et n’ont pas cessé d’aller de l’avant. Il est sûrement là le match référence de la saison de Reims.

Quid de la saison prochaine ?

Avec une première saison aussi réussie, il est légitime de se poser la question de l’avenir. Ce qui est certain, c’est que le Stade de Reims ne bénéficiera plus de l’effet de surprise l’année prochaine. La coach Amandine Miquel s’est récemment exprimée sur les domaines où son équipe doit progresser : « Notre plus gros axe de progression est la possession. Il faut qu’on arrive à plus garder le ballon, offensivement à mieux gérer les temps forts et les temps faibles et ne pas se précipiter vers l’avant, car ça amène plus de fatigue ce qui peut parfois nous mettre en difficulté en fin de match ». Au niveau du mercato, Benedicte Simon s’est récemment engagée avec le Paris Saint-Germain. Kessya Bussy, une jeune attaque tricolore, a rejoint de son côté le Stade de Reims.


Photo à la Une : (@Stade de Reims)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer