AthlétismeDivers

Anzhelika Sidorova (Russie) : « Je veux juste me débarrasser de toute cette boue dans laquelle on est plongés à l’infini »

Malgré l’insistance de la Fédération Internationale (World Athletics) et de ses sportifs, la Fédération russe ne paiera pas l’amende de cinq millions de dollars qu’elle s’est vue infligée pour manquement aux règles antidopage. Une nouvelle demande de report a été demandée et les athlètes russes sombrent dans l’inquiétude.

Malgré l’inquiétude dont certains athlètes nationaux ont fait part à cette même fédération ainsi qu’à Vladimir Poutine en personne, World Athletics ne va pas recevoir le paiement de l’amende de cinq millions de dollars (soit environ 4,4 millions d’euros) qu’elle avait infligée à la Fédération russe. La Rusaf avait jusqu’au 1er juillet pour payer la moitié de la somme infligée après avoir été accusée d’avoir aidé Danil Lysenko à échapper à une sanction pour manquement lors des contrôles antidopage, mais il n’en est rien. Elle a néanmoins annoncé faire appel à nouveau, afin d’obtenir un report.

Il y a pas moins de quinze jours, World Athletics avait déjà entériné une première demande de report. La Fédération russe joue gros et prend ainsi le risque d’être exclue. Pour le moment, la Fédération Internationale a gelé, de manière provisoire, la réintégration des athlètes russes sous bannière neutre.

Anzhelika Sidorova, perchiste russe, clame sa « honte »

À un an de la prochaine édition des Jeux Olympiques à Tokyo, la situation des athlètes russes continue de se détériorer. Des accusations de dopage, des manquements, des amendes, impayées, et désormais, la menace d’une exclusion pure et dure du système mondial.

Parmi eux, la perchiste Anzhelika Sidorova qui, accompagnée de la sauteuse en hauteur Maria Lasitskene et du hurdler Sergeï Choubenkov, avaient fait part, dans une lettre ouverte, de leur profonde inquiétude de ne pas pouvoir participer aux JO 2021. Après la décision de sa Fédération, la championne du monde en titre a clamé son désespoir sur les réseaux sociaux : « Les bras m’en tombent. Put… de honte. Presque cinq ans ont passé et nous sommes de nouveau au même endroit. Parfois, voire souvent, je veux juste me débarrasser de toute cette boue dans laquelle on est plongés à l’infini, aller au soleil et ne plus jamais avoir rien à voir avec ce sport. »

View this post on Instagram

Просто руки опускаются. Гребаный стыд,почти 5 лет, а мы снова на том же месте🤦🏼‍♀️ Пожалуйста, идите лесом все, кто считает, что «ничего страшного, этот сезон не важен». Важен. И этот, и прошлый зимний и будущий зимний. Иногда, а иногда очень сильно просто хочется стряхнуть с себя всю эту грязь, в которую нас макают без конца, уйти в закат и никогда больше не иметь ничего общего с этим спортом. Кто-то даже над этим позлорадствует, а может и порадуется, но сейчас не об этом. Просто тут же появляется один большой вопрос: а кто ты без своего дела, на которое убил большую часть своей жизни? Кто ты без легкой атлетики? Кто ты без своей работы? Это же не только обо мне и не только о спортсменах (особенно советую порассуждать на эту тему людям, которые постоянно отправляют нас на завод работать😉) Похоже, что пришло время и мне подумать над этим вопросом. Возможно тогда всё будет восприниматься по-другому. Ну по крайней мере, я на это надеюсь🤞🏼 #roadtosomewhere 📸 @iamzykova

A post shared by Anzhelika Sidorova (@aanzh) on


Photo à la Une : (©Wikipédia)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer