Divers

Victime d’agressions de membres de son équipe, une triathlète Sud-Coréenne met fin à ses jours

Choi Suk-hyeon s’est suicidée alors qu’elle subissait depuis plusieurs années les agressions physiques et verbales de son staff et que ses plaintes étaient ignorées.

À seulement 22 ans, Choi Suk-hyeon s’est donné la mort il y a de cela une semaine. Harcelée physiquement et mentalement par les membres de son équipe (son entraîneur et son médecin notamment), la jeune triathlète aurait été retrouvée morte à Busan, dans le dortoir de son équipe. De nombreux médias sud-coréens ont diffusé les enregistrements des agressions que subissait la jeune femme, mais aussi des passages de son journal intime ainsi que les derniers mots qu’elle a laissés à sa mère. On y trouve notamment la révélation suivante : « J’ai été battue si violemment… que je pleure tous les jours. » Mais aussi l’énervement de son entraîneur face à la prise de poids de la Sud-Coréenne, caractérisé par une gifle parfaitement audible.

Le Comité olympique et sportif coréen mis en cause ?

En avril dernier, Choi Suk-hyeon avait déposé plainte auprès du Comité olympique et sportif coréen (KSOC), désireuse de faire cesser les agissements inappropriés de son staff. L’une de ses proches s’était également confiée à la presse, affirmant qu’elle « cherchait de l’aide auprès de nombreuses institutions, mais que tout le monde ignore ses plaintes. »

Le KSOC a démenti ces propos, affirmant avoir confié cette plainte à une enquêtrice. Il s’est immédiatement dit prêt à prendre des mesures nécessaires et sévères contre les membres concernés par les accusations.


Photo à la Une : (©Triathlon.org)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer