Divers

Le Ministère des Sports sous tutelle ? « Une gifle » pour le monde sportif

À quatre ans des Jeux Olympiques 2024 à Paris, le Ministère des Sports vient d’être placé sous la tutelle de l’un des plus gros portefeuille du gouvernement : celui de l’Éducation. Une décision qui a de quoi désarmer les acteurs du monde du Sport.

Alors que les rumeurs couraient sur des possibles noms pour la remplacer, Roxana Maracineanu demeure au sein du Gouvernement. Néanmoins, son poste de Ministre des Sports n’est plus. L’ancienne championne du monde de natation est désormais détentrice d’un poste de Ministre déléguée, sous la tutelle du Ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports, lui-même confié à Jean-Michel Blanquer. À noter que certains souhaitaientt cette « évolution » tandis que d’autres ne peuvent s’empêcher de penser à une « régression ».

Un bilan en demi-teinte pour explication ?

Cette mise sous tutelle peut sans doute s’expliquer par le bilan mitigé de Roxana Maracineanu depuis son arrivée au Ministère des Sports le 4 septembre 2018. Outre sa capacité à avoir su gérer le dossier des violences sexuelles dans le sport, à la suite du scandale au sein de la Fédération française des sports de glace, le monde du sport n’a pas connu d’avancées majeures et concrètes.

D’autant plus que, durant cette période des plus compliquées pour les sportifs et les sportives, Roxana Maracineanu s’est montrée très peu confiante quand à ses prises de décisions, souvent approximatives. Huis clos pour le Tour de France, impossibilité de reprendre sans vaccin ou encore public dans les stades dès cet été, la Ministre a fait preuve de très peu d’assurance dans ses propos, ce qui lui a valu d’être décriée. Pour sa première expérience au sein du gouvernement, elle n’aura pas mis tout le monde d’accord, ce qui pourrait expliquer sa rétrogradation à un poste de ministre déléguée.

La première réaction, sur Twitter, de Roxana Maracineanu :

Une suite logique

En 2019, l’Agence Nationale du Sport a été créée pour une meilleure association des différents acteurs du sport : l’État en premier lieu mais aussi les collectivités territoriales et les entreprises par exemple. La gestion du sport de haut niveau a été confié à Claude Onesta, alors que le côté amateur est progressivement confié aux fédérations.

Le Ministère des Sports est donc amené à disparaître. Mais le fait qu’il demeure en tant que Ministère sous tutelle inquiète. Quelles vont être ses missions et celles de l’ANS ? La confusion pourrait accélérer la disparition totale du Sport dans le gouvernement.

Une relégation pure et dure pour le monde du sport

Nombreuses et nombreux sont celles et ceux qui ont réagi à cette annonce, notamment sur les réseaux sociaux. Autant que les avis ne divergent pas, ou peu, au sein du monde du sport. Marie-George Buffet, députée et ancienne Ministre des Sports, résume parfaitement la réaction globale en parlant, pour France.tv Sport, d’« un affaiblissement du rôle du ministère des Sports ». Elle poursuit : « On considère que le sport n’est pas, au même titre que la culture, un droit essentiel pour nos concitoyens et donc il n’a pas besoin d’un ministère de plein exercice. C’est donc une relégation du sport.« 

Quelques réactions de journalistes sportifs sur les réseaux sociaux :


Photo à la Une : (©DR)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer