HandballHandball : Ligue Butagaz Énergie

Cléopatre Darleux (Brest Bretagne Handball) : « L’écart avec Metz se resserre de plus en plus »

Dans une interview accordée à France.tv Sport, la gardienne du Brest Bretagne Handball s’est livrée sur les difficultés liées à la reprise mais également sur la saison prochaine. Extraits.

Tout juste maman d’une petite Olympe, huit mois, Cléopatre Darleux venait de reprendre la compétition à la suite d’une préparation physique individuelle post-maternité. La pandémie de coronavirus l’a donc obligé d’entamer une deuxième préparation individuelle coup sur coup. Une situation qui a rapidement mis un coup au moral de la gardienne internationale de 31 ans : « À la fin, j’avais vraiment l’impression d’être seule au monde! J’en avais vraiment marre de m’entraîner en solo à la maison. » 

Depuis une dizaine de jours, le Brest Bretagne Handball a repris l’entraînement et a dû faire face à un mauvaise surprise de taille : « Il y a eu un cas Covid-19 détecté au sein de l’effectif pendant la semaine de tests médicaux et du coup, six filles ont été placées en quatorzaine ». Par conséquent, la reprise s’est révélée mouvementée et l’équipe ne s’est toujours pas entraînée au complet.

Une saison 2020/21 sous le signe de l’inquiétude et de l’incertitude

La reprise du championnat étant fixée au 9 septembre prochain et la pandémie étant toujours d’actualité, la sérénité n’est pas encore de mise. Les nombreux scénarios envisageables n’arrangent rien. Comment faire si certaines équipes se retrouvent en quatorzaine en plein milieu de la saison ? Report, arrêt, forfait… Nul ne sait pour le moment mais Cléopatre Darleux, comme tout le monde du monde, « espère que la saison ne sera pas trop entrecoupée quand même et qu’elle pourra se dérouler à peu près normalement… »

Selon la jeune maman, l’annulation du Final 8 de la Ligue des Champions League a eu un goût mitigé. La déception d’un côté, la compréhension de l’autre. Impossible de jouer un tournoi avec une équipe radicalement différente. Elle commente : « Finalement, je trouve ça pas plus mal. On remet les compteurs à zéro et on repart sur une nouvelle saison. » Une saison où les sportives et sportifs devront porter un masque ? « Ça me semble impossible ! » constate-t-elle.

Brest, club solide face à la crise

Au terme d’une saison exceptionnelle sur tous les tableaux, Brest n’aura finalement pas pu se frotter à Metz pour le titre de champion de France, qui n’a finalement pas été attribué. Un regret pour Cléopatre Darleux : « Il y avait des titres à aller chercher, entre le championnat et la coupe. Et on a l’impression que l’écart avec Metz se resserre de plus en plus. On espère que la saison prochaine sera la bonne ! » 

Car Brest, comme la totalité du sport féminin, est impacté par les crises sanitaires et économiques, mais de façon minime. Le club est en effet bien implanté dans le paysage du sport français à tel point que le handball féminin est devenu important dans cette ville. La gardienne constate : « Il y a un public fidèle, les présidents ont su mobiliser un grand nombre de partenaires. On ressent beaucoup de solidarité autour du BBH, qui a même créé une cellule de soutien pour ses fidèles sponsors. »


Photo à la Une : (©LFH)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer