Tennis

Justine Hénin, un amour franco-belge

Retour sur les figures emblématiques qui ont marqué l’histoire du sport féminin. On va retracer aujourd’hui la carrière de la plus Française des Belges, la tenniswomen Justine Hénin.

Née le 1er juin 1982 à Liège, en plein Roland-Garros. À peine venue au monde, la Belge entretient déjà un rapport particulier avec le tournoi parisien. Elle commence sa vie raquette à la main dès l’âge de cinq ans. C’est durant son adolescence que tout va basculer pour Hénin. Elle rencontre un an après le tragique décès de sa maman un homme qui va devenir son mentor et son entraineur de toujours, Carlos Rodriguez.

1998 : les débuts

Justine Hénin fait son entrée à la WTA cette année-là à la 226ème place. La saison suivante elle effectue ses premiers tournois professionnels et gagne même son premier titre à Anvers. Année également de son premier Roland-Garros, où elle sortira au deuxième tour. La terre battue parisienne qui verra la belge y devenir reine quelques années plus tard…

À tout juste 19 ans, Hénin atteint la première finale de Grand Chelem de sa carrière à Wimbledon en 2001 mais s’inclinera face à Venus, la plus âgée des soeurs Williams, quelques semaines après sa demi-finale perdu à Roland. Une fin d’année en apothéose pour la Belge, car après de belles performances dans les majeurs et avec trois tournois remportés, elle rentre dans le Top 10 et participe aux Masters de fin d’année, son premier (éliminée en quart de finale). Quelques semaines plus tard elle remporte sa première et unique Fed Cup de sa carrière face à la Russie. C’est elle qui, à 19 ans, a eu la lourde tache de lancer les Belges dans cette finale, chose qu’elle réalisera à merveille avec une victoire 6-3/6-0 face à Nadia Petrova.

2003 – 2007, une Belge reine à Paris

Pendant 5 ans, Justine Hénin va martyriser la quasi-totalité des filles qui vont l’affronter sur la terre battue parisienne. A l’image d’un Rafael Nadal, la Belge va remporter Roland Garros en 2003, 2005, 2006 et 2007. La Liégeoise va dominer le circuit et sa victoire à Paris en 2003 fait d’elle la première belge victorieuse d’un tournoi du Grand Chelem. Au terme d’une saison complètement folle où elle remporte également l’US Open, Justine Hénin va devenir numéro une mondiale. Victime d’un cytomégalovirus en 2004, la numéro une mondiale ne pourra défendre son titre à Roland comme elle l’aurait voulu et se voit éliminée au second tour. En méforme et diminuée, la Belge participe aux JO d’Athènes et va, à la surprise générale, rapporter la seule médaille d’or de la Belgique. La voilà championne Olympique.

Les 3 années suivantes seront les plus fastes de sa carrière, avec sept finales de Grand Chelem dont quatre gagnées. Un US Open en 2007, et ces trois Roland-Garros qui ont noué une histoire d’amour entre la Belge et le public français.


Photo à la Une : (@DR)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer