BasketDivers

Allier sport et éducation par Marie-Ève Paget

Désireuse de partager son expérience, Marie-Ève Paget s’est livrée à la FIBA sur un point qu’elle considère comme sous-estimé : allier sport et éducation.

« Je voudrais partager avec vous quelque chose qui est à la fois très intéressant et sous-estimé en matière de développement des jeunes joueurs: allier sport et éducation ». Dans un blog consacré aux joueurs et aux joueuses de la balle orange organisé par la FIBA, Marie-Ève Paget a donc abordé longuement ce sujet. Au premier abord, cela peut paraître décourageant pour un quelconque athlète de poursuivre ses études en parallèle. Et pourtant, c’est un double-projet qui se révèle essentiel et on ne peut plus utile. Car une carrière est toujours basée sur une part de risques et d’incertitudes. En cas de blessures par exemple, il est important d’avoir un matelas sur lequel il est possible de rebondir, afin de ne pas se retrouver sans rien. C’est pourquoi la meneuse de 25 ans, joueuse de Basket Landes et sixième joueuse mondiale au classement FIBA ​​3×3 féminin, a donné de nombreux conseils pour celles et ceux qui souhaiteraient se lancer dans ce double-projet.

Être déterminé et prêt à faire des sacrifices

Détentrice d’une maîtrise en enseignement, Marie-Ève Paget assure « qu’il est possible de faire carrière dans le sport et d’obtenir une formation universitaire en même temps ». Pour cela, elle énumère quelques compétences qu’il faut avoir, comme l’organisation, la volonté, la tolérance, la persévérance, l’obstination et la détermination. En effet, aller jusqu’au bout de la démarche est extrêmement important selon elle et ce pour de nombreuses raisons : « Cela apportera un équilibre à votre vie et vous forcera à rencontrer de nouvelles personnes d’horizons différents et à défier votre esprit. En plus de cela, vous aurez de quoi être fier et c’est un excellent moyen de vous préparer à la vie après avoir joué. Vous pourrez éviter de vous en soucier au cours de votre carrière ».

Évidemment, ce n’est pas de tout repos. Ce projet nécessite une exigence de tout les instants : « C’est un mode de vie fatiguant, dans lequel vous devrez sacrifier des pratiques supplémentaires ou passer moins de temps avec des amis, entre autres ». Tout dépend donc de la volonté de chacun.

Les conseils de Marie-Ève Paget

  • « Soyez motivé par votre projet. Étudiez quelque chose que vous aimez vraiment, même si certains cours sont difficiles à combiner avec le sport professionnel car je suis convaincu que de plus en plus de cours offriront des horaires flexibles aux étudiants-athlètes ».
  • « Maintenez une bonne communication avec votre club car s’ils sont conscients de votre situation, ils comprendront et vous soutiendront, vous et votre projet. Si le club est à vos côtés, il vous soutiendra lorsque vous négociez vos conditions flexibles de votre formation ».
  • « Parlez anglais. Cela sera toujours utile, que ce soit pour le basketball lorsque vous communiquez avec des étrangers, ou pour votre carrière après le basketball lorsque n’importe quel emploi en bénéficierait. Soyez donc studieux et persévérez tout en apprenant l’anglais lors de vos autres études car cela vous sera bénéfique sur le long terme ».

Photo à la Une : (©FIBA)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer