FootballFootball : Championnats étrangers

Le Maroc, nouvelle terre d’expansion du football féminin

Désireux de développer une branche féminine compétitive, la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) a dévoilé son prometteur « plan Marshall », avec plusieurs objectifs dans le viseur.

Le projet a été signé ce jeudi, entre la Fédération Royale Marocaine de Football (FRMF), la Ligue Nationale de Football Féminin (LNFF), les Ligues Régionales et la Direction Technique Nationale (DTN). C’est un grand tournant pour l’avenir du football féminin dans le Royaume. Enfin décidés à produire des avancées sur le secteur féminin, les grands patrons du football marocains auront plusieurs objectifs à atteindre : porter à 90 000 le nombre de joueuses licenciées au Maroc, déjà, d’ici l’horizon 2024. Pour permettre une montée en puissance progressive du niveau, plus de 1000 postes de cadres techniques seront aussi créés.

« Le football est un sport universel et inclusif, explique Fouzi Lekjaa, président de la FRMF. Au delà du symbole, cette convention est une première marche vers l’éclosion du football féminin marocain. Elle doit permettre à nos joueuses d’avoir l’ambition d’atteindre un niveau maximum de compétitivité sur le continent africain et à l’international. »

L’obtention d’un salaire minimum pour les joueuses professionnelles

Autre décision cruciale : un championnat professionnel féminin (D1 et D2) sera enfin créé dès l’année prochaine. Quarante-quatre équipes composeront ces deux échelons : quatorze en D1 et trente en D2. Un championnat national U17 féminin et des championnats régionaux en catégorie jeune vont aussi apparaître. Pour les joueuses des équipes seniors, un salaire minimum de 3500 dirhams par mois (320 euros) sera attribué en première division, 2600 dirhams pour la deuxième division, ce qui est presque le salaire minimal imposé par le gouvernement marocain (2698 dirhams).

Sur le plan international, les joueuses prises en sélection nationale, pourront s’appuyer sur un plan de développement individuel, avec l’appui du staff de chaque club. Afin de veiller au bon fonctionnement de ce nouveau projet, et pour sécuriser le bien-être des joueuses, le budget attribué à la section féminine de football passera de 1 million à 6 millions d’euros. De quoi se permettre de nouvelles ambitions : sur le plan sportif, la FRMF vise des qualifications en phases finales des Coupes d’Afrique des Nations dans chaque catégorie, voire au moins un sacre dans une catégorie jeune et que les A réussissent à se qualifier pour la Coupe du Monde 2023 et les Jeux Olympiques 2024.

Le Maroc, jusque-là inexistant (ou presque) sur la scène internationale du football féminin, espère très vite devenir un top nation du continent africain, pour à terme, concurrencer les nations européennes et américaines. Un pari osé, pour une nation 79ème mondiale, qui ne s’est pas qualifiée pour la CAN depuis 20 ans. Mais pas impossible. Une chose est sûre, c’est un nouveau bol d’air frais pour le football féminin, et tout laisse entendre que d’autres nations devraient suivre la même tendance.


Photo à la Une : (@DR)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer