HandballHandball : Ligue Butagaz Énergie

Bilan – LBE : Malgré la concurrence de Brest et le départ de joueuses cadres, Metz veut continuer d’écrire l’histoire

Le Sport Au Féminin revient chaque semaine sur la saison d’un club de Ligue Butagaz Energie. Zoom ce samedi sur l’exercice 2019-2020 du Metz Handball, deuxième du championnat derrière Brest.

Vingt-trois fois vainqueur du Championnat de France dans son histoire, le club messin est au sommet. Les Dragonnes possèdent même l’un des plus beaux palmarès du sport français. Quadruples championnes de France en titre avant cette saison, les coéquipières d’Orlane Kanor avaient même réussi l’exploit de se hisser pour la première fois au Final Four de la Ligue des champions. Alors, cette année devait être, une nouvelle fois, celle de la confirmation pour un collectif surpuissant. Finalement deuxièmes au moment de l’arrêt de la LBE, les joueuses d’Emmanuel Mayonnade se sont montrées moins intouchables cette saison.

Metz titillé par Brest

Le mano à mano entre Metz et Brest aura duré toute la saison. Lors des dix-neuf journées de championnat disputées avant l’arrêt de cet exercice particulier, les deux cadors de la LBE se disputaient la première place. Mais les Bretonnes avaient réussi un énorme coup en s’imposant d’un tout petit but contre leurs rivales lors de la dixième journée (29-28). Cette rencontre a confirmé la montée en puissance des Brestoises qui semblaient encore un peu plus proches cette année de remporter le titre. Mais malgré cette défaite, les Dragonnes avaient réussi à revenir à hauteur des Rebelles et cela même si elles ont notamment connu un faux pas en s’inclinant sur le terrain du Paris 92 début févier (19-23). Avec 52 points chacun, Brest et Metz étaient au coude à coude au moment de l’arrêt de la saison. Et les coéquipières de Manon Houette devaient encore accueillir les joueuses de Laurent Bezeau aux Arènes. Difficile donc de critiquer cette deuxième place des Messines, surtout que le titre se joue avant tout lors des matchs à élimination directe de fin de championnat.

Une attaque en feu

Si Emmanuel Mayonnade a toujours vanté l’importance d’avoir une très bonne défense pour gagner des titres, le Metz Handball a prouvé tout au long de la saison qu’il était une vraie machine de guerre en attaque. Avec 605 buts inscrits en 19 journées (soit une moyenne de plus de 31 buts par match!), les Messines affichent tout simplement le meilleur réalisme offensif parmi les douze équipes de l’élite. Et pourtant, aucune dragonne n’est présente dans le top10 des meilleures buteuses de la LBE. La preuve que les coéquipières de Grâce Zaadi ont surtout un collectif ultra performant en attaque. Marie Hélène Sajka a terminé la saison en tête des buteuses de son club avec 71 réalisations devant Louise Burgaard et Olga Perederiy (68 buts). Méline Nocandy, auteure de 56 réalisations, aura aussi était la fer de lance des Dragonnes. Ces statistiques confirment donc que les championnes de France en titre (le titre n’a pas été décerné cette année) se sont avant tout appuyées sur un effectif pléthorique. Même si certaines individualités sortent parfois du lot. Du côté de sa défense, Metz a encaissé 471 buts (4e meilleur bilan parmi les clubs de LBE).

Des belles performances en Ligue des champions et en Coupe de France

Quarts de finalistes de la plus prestigieuse compétition européenne, les coéquipières de Laura Glauser devaient affronter Valcea pour tenter de regoûter à la joie d’une qualification pour le Final Four. Mais l’épidémie de coronavirus en a décidé autrement et la Ligue des champions 2019-2020 n’aura pas de vainqueur. Qualifié pour les demi-finales de la Coupe de France, grâce notamment à son magnifique succès contre Nantes en quart (30-23), le Metz Handball ne gagnera pas non plus une dixième coupe nationale. Alors qu’elles étaient opposées à leurs meilleures rivales bretonnes, les joueuses d’Emmanuel Mayonnade savent depuis plusieurs mois que ce titre ne sera pas non plus décerné. Tout comme celui de champion de France, la Ligue jugeant injuste de récompenser Metz ou Brest sachant que les deux équipes comptaient le même nombre de points au moment de l’arrêt du championnat.

Une page se tourne à Metz

Laura Glauser, Grâce Zaadi, Laura Flippes ou encore Marion Maubon ont quitté la Lorraine cet été. Direction respectivement Györ, Rostov, le Paris 92 et Nantes. Le collectif messin va donc être chamboulé cet été. Mais dans le sens des arrivées, du lourd est déjà présent dans le groupe comme l’ancienne gardienne niçoise Hatadou Sako, les ailières droites Melvine Deba et Debbie Bont, mais aussi les arrières Tjasa Stanko et Camila Micijevic. Pour rappel, Laura Glauser a par exemple connu que Metz lors de sa carrière de joueuse. Forcément très attachée à son club de toujours, la Française a regretté de ne pas pouvoir dire adieu au public lorrain comme elle l’expliquait dans nos colonnes. Grâce Zaadi, capitaine du club, défendait les couleurs de Metz depuis dix ans. Laura Flippes depuis sept ans. La preuve qu’une page se tourne vraiment du côté des Dragonnes, mais cela n’inquiète pas outre mesure Manon Houette, l’une des cadres de cette équipe. À noter enfin qu’Emmanuel Mayonnade a prolongé d’une saison supplémentaire sur le banc messin.


Photo à la Une : (@MetzHandball)

Timothée de Fraguier

Passionné de sport féminin depuis ses débuts dans le journalisme, Timothée de Fraguier a décidé de rejoindre l'équipe du Sport Au Féminin en septembre 2019. Aujourd'hui rédacteur pour notre site internet, il apprécie la mise en avant des résultats sportifs féminins.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer