Volley-BallVolley-Ball : Ligue A

Bilan – Ligue A : Nantes, qui avait le titre en vue, fera partie des favoris la saison prochaine

Tous les vendredis jusqu’à la fin du mois d’août, Le Sport au Féminin revient sur la saison de Ligue A. Avant-dernier opus ce 21 août avec le Volley-Ball Nantes, deuxième du dernier championnat.

21. C’est le nombre de victoires des Nantaises en 24 matchs de Ligue A. Soit plus que toute autre équipe. Avec une deuxième place à seulement un point de Mulhouse et une deuxième qualification consécutive pour la Ligue des Champions, le VBN s’est positionné comme un vrai prétendant au titre.

Depuis son accession à l’élite en 2010, le club a montré une très belle progression avec notamment deux finales de championnat, dont la dernière en 2019. Alors qu’elles avaient laissé le titre aux Cannoises, les Nantaises ont pu prendre leur revanche lors de la saison régulière 2019-2020 avec deux victoires face aux Azuréennes. Malheureusement pour les filles de Cyril Ong, l’interruption de la saison à deux journées de la fin en raison de la pandémie de Covid-19 ne leur aura pas permis de d’aller au bout de leur rêve.

Seulement trois défaites en LAF

Comme Le Cannet, Nantes n’a subi qu’une seule défaite à domicile en championnat (2-3 contre Béziers). Mais ce qui impressionne, c’est le nombre de défaites sur toute la saison de LAF : trois seulement. Une incroyable solidité qui aurait pu permettre aux PassionNantes de terminer en tête du classement alors qu’il restait deux matchs à disputer. Malgré cette très belle saison, il restera un léger goût amer dans la bouche de Cyril Ong. « Il y a forcément de la frustration, mais c’est ainsi. L’important c’est la santé de tous. On était bien placé pour aborder les Play-Offs et ce qui est sûr, c’est que nous nous serions battus pour aller au bout. Mais c’est comme ça… Nous repartirons au travail la saison prochaine pour essayer de remporter ce titre », a relativisé le coach nantais. Seul point noir au niveau national, la défaite prématurée dès les huitièmes de finale de la Coupe de France face à Béziers après avoir atteint la finale la saison passée.

Passer un cap en Europe

Si le club a réalisé une excellente saison en championnat, le groupe était encore un peu juste sur la plan européen. Malgré trois belles victoires et une deuxième place de son groupe de Ligue des Champions, le VBN a échoué aux portes des quarts de finale de la compétition. Le club de Loire-Atlantique pourra se consoler avec une place dans le top 10 européen, déjà une belle réussite pour l’ancien entraîneur de Béziers qui concède toutefois quelques regrets : « Je crois que nous avons fait une très bonne Ligue des Champions. Nous avons fait honneur au volley-ball français féminin avec une salle Mangin-Beaulieu pleine, du spectacle et des résultats positifs. Je regrette juste cette fin de 3e set à Blaj en Roumanie (défaite 3-1), où nous devons terminer et peut-être nous imposer. Mais l’expérience a été géniale, la visibilité du club s’en est renforcée, les partenaires ont pris du plaisir, tout a été bénéfique. » Le meilleur coach de la saison 2017-2018 et ses joueuses auront une nouvelle occasion de briller et de passer pour la première fois le stade des groupes dans la plus belle des compétitions européennes la saison prochaine.

Un mercato marqué par le départ de la capitaine et plusieurs prolongations

Pour l’heure, six joueuses ont quitté les bords de la Loire. Parmi elles, la capitaine Clémentine Druenne a annoncé la fin de sa carrière après neuf saisons sous les mêmes couleurs. La réceptionneuse-attaquante de 26 ans a décidé de se consacrer pleinement à son métier de masseuse-kinésithérapeute. Sa coéquipière au poste, Odette Ndoye, quitte elle aussi les PassionNantes après trois saisons. À bientôt 28 ans, l’internationale française a donné la priorité à un projet à l’étranger pour son futur club. La troisième réceptionneuse-attaquante Lindsey Vander Weide a également quitté la Loire-Atlantique. Tout comme la jeune pépite tricolore Lucille Gicquel qui s’est engagée dans un des meilleurs clubs du monde. Pour les remplacer, la jeune finlandaise de 20 ans Suvi Kokkonen et l’Américaine de 24 ans Carli Snyder ont fait le chemin inverse alors que la très jeune Française Luawé Tangopi (18 ans) va intégrer le groupe professionnel pour la première fois.

Au rayon des prolongations, le VBN conserve une belle ossature. La centrale internationale française Amandha Sylves et sa coéquipière américaine au poste Lauren Schad ont notamment rempilé. Elles seront accompagnées au poste de centrale par la jeune Camerounaise Emelda Piata Zessi (23 ans) qui a prolongé et signé son premier contrat pro avec le club nantais. Enfin la passeuse française Sarah Lecrosnier et l’expérimentée réceptionneuse-attaquante allemande Katharina Schwabe resteront toutes les deux Nantaises la saison prochaine.

Cette relative stabilité pourrait être la clé la saison prochaine pour les volleyeuses de Cyril Ong. En plus de bien figurer sur la scène européenne, elles viseront une nouvelle fois le titre et feront à coup sûr partie des favorites.


Photo à la Une : (@VBNantes)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer