FootballFootball : UEFA Women's Champions League

Marie-Antoinette Katoto (PSG) : « C’est bien pour le foot français d’avoir une demi-finale 100% D1 »

Victorieuses d’Arsenal (2-1), samedi à Anoeta, les Parisiennes rejoignent le dernier carré de la Ligue des Champions, où elle défieront Lyon dans un choc 100% français.

Opposé à la redoutable équipe d’Arsenal, dans l’antre de la Real Sociedad, le PSG a serré les dents pour écarter les Gunners de Vivianne Miedema, peu à l’aise ce samedi soir. Le technicien de l’équipe parisienne, Olivier Echafnoui, savoure la belle prestation de ses joueuses qui ont su se montrer efficaces.

« Je suis bien sûr très heureux pour les filles et en même temps, cette victoire est plutôt logique. On fait jeu égal en première période puis on réussit à débloquer la situation, mais derrière on a reculé. Face à une équipe très à l’aise techniquement, on a su faire le dos rond. Notre seconde période est plus aboutie et notre deuxième but est mérité. »

Sur l’égalisation de Mead, qui se trouvait en réalité hors jeu, Echafnoui se montre critique vis à vis de l’absence de la VAR.

« On a revu les images, il y a une position de hors-jeu d’un mètre. Cela prouve qu’il faut mettre la VAR chez les féminines, cela se fait déjà chez les garçons. Toutes les joueuses ont fait les efforts, il y a eu aussi le travail de harcèlement de nos attaquantes qui a permis de créer des opportunités, ça a plutôt bien fonctionné. »

L’attaquante du PSG Marie Antoinette Katoto, auteure du premier but (1-0, 14e) et passeuse décisive sur la réalisation victorieuse de Bruun (2-1, 76e) s’est montrée clairement à la hauteur de l’événement ce samedi soir :

« Sur le corner, le ballon arrive très vite, je ne me pose pas de question, je reprends comme je peux, à l’instinct avec spontanéité et ça finit au fond, explique l’internationale tricolore, meilleure buteuse de la D1 Arkéma 2019-2020. Le plus important, c’est la qualification. Si cela avait été une autre fille, ça aurait été pareil. Ce soir on a été un groupe, on est vraiment tous solidaires, on a bien travaillé. On s’est retrouvé après le confinement, on avait de jouer, de se retrouver. On s’est fixés de gros objectifs. »

Le 30 août, le Paris-Saint-Germain ira défier l’Olympique Lyonnais sur la pelouse du San Mamés de Bilbao. Malgré une copie moyenne rendue face à Munich (2-1), les quadruples championnes d’Europe auront l’ascendant psychologique face aux joueuses de la Capitale. A Paris de trouver les ressources pour espérer débloquer le verrou lyonnais, impérial depuis maintenant cinq saisons. Pour Katoto, sur ce match couperet, tout est possible :

« C’est très bien pour le foot français d’avoir une demi-finale 100% D1. Ca va être un gros match. On va bien se préparer, les deux équipes se connaissent parfaitement, ça va le faire »


Photo à la Une : (@GettyImages)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer