FootballFootball : D1 Arkema

Nouveau coup dur pour Ada Hegerberg

Un trophée supplémentaire pour l’Olympique Lyonnais mais également une blessure de plus dans son effectif ! La lauréate du ballon d’or 2018 est dans une mauvaise passe. Après une opération des ligaments croisés effectué en février dernier, c’est maintenant le tibia gauche qui est pris pour cible.

Le football va très vite ! Une fois vous marchez sur l’eau et l’autre fois rien ne va comme vous voulez. Après s’être rétablie d’une rupture des ligaments croisés du genou droit, c’est maintenant le tibia gauche qui titille la Norvégienne. En effet, comme l’a annoncé le club rhodanien, Ada Hegerberg est de nouveau blessée. Une mauvaise nouvelle pour l’attaquante lyonnaise tout comme pour le club, retardant ainsi son retour sur le gazon vert. Cette gêne remonte à début Avril 2019. Dans un premier temps, le staff lyonnais a d’abord mené un protocole de soin médicaux. Mais voilà, cette douleur persistante au niveau du tibia était encore présente au fil des entraînements. Le club a profité des dernières semaines de convalescence pour procéder à une opération afin de permettre une parfaite consolidation et un retour sur les terrains le plus rapidement possible. Opération parfaitement déroulée.

Un tibia gauche fragilisé, un genou droit retrouvé

La joueuse de 25 ans avait été opérée le 4 février dernier pour une rupture des ligaments croisés. Une blessure dont elle est aujourd’hui guérie. Un corps en convalescence pour la compétitrice lyonnaise. Une immense championne qui a une seule hâte: faire de nouveau trembler les cages des adversaires. Malgré ce nouveau coup dur, Ada Hegerberg devrait tout faire en sorte pour rejoindre le collectif lyonnais dans les plus promptes délais. Arrivée dans le club rhodanien en 2014, la Norvégienne est une compétitrice assoiffée. Absente du groupe vainqueur de la Ligue des Champions féminine, Aga Hegerberg est une nouvelle fois dans l’attente. Dur, dur pour la talentueuse attaquante.


Photo à la une : @Photo News

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer