TennisTennis : WTA

WTA : Comme Kristina Mladenovic, elles ont vécu un scénario fou

Une défaite à peine croyable, un scénario rocambolesque comme rarement aperçu au tennis. Kristina Mladenovic a connu un cauchemar sur le court. La Tricolore mène 6-1, 5-0 quand tout d’un coup, c’est le trou. La suite tout le monde la connait. Retour sur quelques scénarios complètement fou du circuit.

1 – Naomi Osaka / Petra Kvitova (Open d’Australie 2019)

La Nippone face au coup droit de la fracassante gauchère tchèque, une finale qui restera longtemps dans les mémoires. Après un sacre obtenu à l’US Open quelques mois plutôt, Naomi Osaka débarque pleine de confiance pour l’Open d’Australie 2019. Une finale maîtrisée, une qualité de jeu rarissime permet à la jeune Japonaise de mener 7-6(2), 5-3 et d’obtenir trois balles de match. La Tchèque remporte 4 jeux de suite et s’octroie le second set. Très proche de gagner, la Nippone quitte le court en larmes avant de revenir arracher un 3e set insoutenable. Des larmes de tristesses aux larmes de joies, Naomi Osaka bat Petra Kvitova dans une rencontre irrespirable.

2 – Simona Halep / Elina Svitolina (Roland-Garros 2017)

Deux championnes de la terre battue et un match d’anthologie remporté par la Roumaine. Elina Svitolina marche sur l’eau, mais aussi sur son adversaire. Un premier set maîtrisé 6-3, une promenade dans la deuxième manche 5-1, l’Ukrainienne se voit trop forte, incapable par la suite de conclure. La petite Roumaine va réaliser une performance rarement observée. Une remontée et cinq jeux de suite pour relancer le match et finalement subtiliser la seconde manche dans un jeu décisif de folie. Une balle de match et une bulle plus tard, Simona Halep entrevoit le prochain tour de la compétition. Match renversant et traumatisant pour la petite amie de Gaël Monfils.

3 – Francesca Schiavone / Svetlana Kuznetsova (Open d’Australie 2011)

4H44. Ceci n’est pas l’heure à laquelle vous vous couchez après une petite fête, c’est simplement la durée du match de tennis le plus long de l’Open d’Australie. Un match dont se rappelle encore sans doute l’Italienne Francesca Schiavone. 1h 19 de jeu, un set partout, on file vers un match de tennis féminin basique avant que la magie du sport opère. La Russe obtient six de balles de match, l’Italienne rompt, mais ne plie pas. L’intensité est complètement folle, les deux héroïnes se rendent coup pour coup. 15-14 en faveur de la Transalpine, avant la délivrance. Au bout de l’effort, et après avoir sauvé des balles de match, Francesca Schiavona inscrit le dernier jeu, synonyme de victoire. Un 3e set et un suspens qui va durer plus de 3h.

4 – Virginie Razzano / Serena Williams (Roland-Garros 2012)

Un match gravé dans les mémoires. A Porte d’Auteuil, Virginie Razzano, élimine la reine Serena Williams au premier tour d’un Grand Chelem. L’exploit est retentissant, le scénario complètement dingue. En 2012, Serena Williams est au sommet de son art. Mais voilà, ce jour-là, Virginie Razzano ne touchait plus terre. Et pourtant, tout laissait à croire que l’Américaine allait s’imposer facilement. 6-4 dans le premier set, puis 5 points à 1 dans le jeu décisif, la Française prend l’eau. Soulevée par la foule en délire, la Nîmoise arrache une dernière manche avant d’infliger un cinglant 5-0. Sursaut d’orgueil pour Serena Williams qui revient à 5-3 avant de craquer dans un dernier jeu durant plus de 25 minutes. Délivrance !

5- Jessika Ponchet PONCHET / Tana Moore (ITF Sunderland 2019)

Ces deux noms ne vous disent pas grand-chose ? Plutôt normal. La Française Jessika Ponchet, 201e au classement WTA affronte la Britannique Tana Moore, classée à la modeste 479e place. Sur le papier, l’affiche n’est pas très alléchante. Elle va pourtant offrir aux amateurs de tennis un scénario impensable. La jeune tricolore de 22 ans domine les débats écrasant son adversaire 6-0, 5-0. Une correction prend place, un score que l’on ne souhaite à personne d’encaisser. Deux balles de match se présentent pour la Française, une formalité …ou pas. Canular ou pas, Jessika Ponchet s’incline en 3 sets face à une adversaire qui revient de loin, très très loin. C’est le genre de cauchemar qu’aucune tenniswoman ne fait, Jessika Ponchet l’a réalisé.


(Photo à la Une: @La Croix)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer