FootballFootball : D1 Arkema

D1 Arkema : Amandine Miquel (Stade de Reims) : « Les filles sont déchaînées à l’approche des gros matchs »

Quelques jours après l’exploit réalisé par le Stade de Reims, qui a remonté trois buts en trente minutes face aux Girondines de Bordeaux en D1 Arkema, et à l’approche du choc face à l’Olympique Lyonnais ce vendredi, Amandine Miquel s’est confiée pour Le Sport au Féminin. Toujours aussi détendue, la coach des Rémoises n’a éludé aucun sujet. Entretien.

Dans la lignée de sa belle saison l’an passé en D1 Arkema, ponctuée par une huitième place au classement synonyme de maintien dans l’élite, le Stade de Reims a débuté le nouvel exercice de la meilleure des manières, en arrachant un match nul inespéré face à l’une des meilleures écuries de l’Hexagone, les Girondines de Bordeaux. Ce vendredi, les Rémoises vont se frotter à ce qui se fait de mieux sur la planète football, l’Olympique Lyonnais.

Pas de quoi effrayer les Stadistes, qui se déplaceront dans le Rhône libérées de toute pression. Amandine Miquel, l’entraîneure du SDR, a accepté de répondre à nos questions. Le match face à Bordeaux, le déplacement périlleux à Lyon, son regard sur l’effectif et ses objectifs de la saison, la Française n’élude aucun sujet, dans un franc-parler dont elle a le secret. Entretien.

Etes-vous satisfaite du résultat face aux Girondines de Bordeaux ?

Oui c’était un match satisfaisant, surtout au vue de l’aspect mental et de la physionomie du match. Si on veut être un peu perfectionniste on peut dire qu’on aurait pu éviter de prendre quatre buts. C’est un bon point de pris et on s’en satisfait. On menait au score et on avait bien débuté la rencontre, après on a eu un coup de moins bien et on a été moins rigoureuse défensivement. On aurait préféré un autre scénario mais nos ressources mentales ont fait la différence.

Quel a été votre discours à la mi-temps ?

J’ai dit aux filles qu’on avait eu autant d’occasions que les adversaires et qu’on allait s’en procurer d’autres. Je leur ai dit que rien n’était fini et qu’il fallait qu’on concrétise nos situations, c’est ce qu’elles ont fait. C’était à elles de voir si elles voulaient continuer à rivaliser ou s’écrouler, elles ont choisi de rivaliser et ça a payé. Le but du 4-1 aurait pu nous assommer mais on n’a jamais abdiqué. On savait qu’on pouvait revenir dans le match.

En l’absence de Naomie Feller, le duo Melissa Gomes – Melissa Herrera a très bien fonctionné …

Oui ce duo a très bien fonctionné sur toute la préparation. Ce n’était pas une surprise. Si Naomie Feller n’avait pas été absente, on aurait probablement associé les trois devants, l’idée n’était pas de choisir mais de former une attaque très puissante avec ces trois joueuses là. Les adversaires doivent être satisfaits aussi car on est performantes sans Naomie Feller, imaginez ce que ça pourrait donner si elle était là ! (Rires). On a également Tanya Romanenko qui va bientôt faire son retour et on sait qu’elle peut aussi beaucoup nous apporter.

Etes-vous satisfaite de votre effectif ?

Ah oui ! C’est moi qui les choisis donc si je dis que je ne suis pas contente je vais être convoquée par la direction (Rires). Comme je l’ai dit aux filles avant la reprise du championnat, si j’avais pu changer une joueuse de l’effectif je ne l’aurais pas fait, je garderais exactement les mêmes.

Un très gros match se profile ce vendredi face à l’Olympique Lyonnais …

Oui, pour nous ce genre de rencontre est beaucoup plus détendue. On a un gros mois de septembre avec Bordeaux, l’Olympique Lyonnais et le Paris Saint-Germain .. c’est détente pour nous ! Sur le papier on est perdant, au mieux on peut réalise des exploits, au pire on s’inclinera et ce sera « normal ». Ce sont les meilleurs matchs à disputer pour nous car on les aborde sans pression. L’équipe est très jeune et c’est un avantage dans ces rencontres car elle n’a pas d’appréhension. Les filles sont déchaînées à l’approche de ces chocs. On a beaucoup moins de pression que quand on s’apprête à affronter le Havre, Issy Les Moulineaux etc ..

Quels sont les objectifs de la saison ?

Les mêmes que chaque année : faire mieux que la saison précédente. Pour l’instant on y arrive depuis quatre ans donc c’est une bonne chose. On est très modéré dans notre rythme de progression, on va avancer doucement mais sereinement.


Photo à la Une : (©EdouardLantenois/L’Union)

Marvin Mathieu

Marvin est l'un des fondateurs du site, rédacteur en chef. Grand passionné de sport et de langue depuis son enfance, Marvin a réussi à concilier les deux durant son passage en Espagne, où il a découvert le métier de journaliste. Quadrilingue (Français, Anglais, Espagnol, Russe), ce Cagnois de vingt-trois ans a décidé de se lancer dans l'aventure du sport féminin, en créant officiellement "Le Sport au Féminin", le 25 février dernier.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer