BasketBasket : WNBA

NBA : Jamais aussi proche de décrocher un poste d’entraineur, Becky Hammon fait bouger les lignes

Première femme à porter la casquette d’assistante coach sur un banc NBA, Becky Hammon est dans les petits papiers des Pacers pour devenir la première femme à diriger une franchise. Dans un question réponse organisé par la ligue nord-américaine, l’ancienne meneuse du Liberty a évoqué la place de la femme dans la sphère NBA.

Et si Becky Hammon prenait place la saison prochaine sur le banc des Pacers d’Indiana et devenait la première femme à coacher une équipe NBA ? D’après les informations de l’insider d’ESPN Adrian Wojanrowski, l’assistante de Greg Popovich sur le banc des Spurs pourrait débarquer dans l’Indiana très prochainement. Dans le cadre du programme Jr. NBA Coaches (Online Program disponible sur l’application OWQLO), Hammon a répondu à de nombreuses questions autour de sa carrière d’entraineure et de l’évolution de la place de la femme au sein de la plus prestigieuse ligue de basket. Elle a d’ailleurs confirmé les contacts avec Chad Buchanan, général manager des Pacers.

A quand verra-t-on une femme diriger une équipe NBA ? C’est « au coin de la rue » pour Becky Hammon. « J’ai eu un entretien avec les Indiana Pacers. Savoir quand cela se fera-t-il ? Cela ne dépend vraiment pas de moi. Mais plus j’obtiendrais d’entrevues, meilleure sera ma pratique. Lorsque vous regardez ce qu’il se passe dans le monde et que vous commencez à voir des femmes à la tête de nombreux domaines, que ce soit à la Cour suprême, dans leurs principales salles d’opération, leurs principales troupes de soldats dans la guerre et dans des situations de vie ou de mort, qu’est-ce que le basket-ball ? Nous voyons des enseignants phénoménaux, que ce soit à l’école primaire, au collège, au lycée. Entrainer une équipe, c’est de l’enseignement, c’est la diffusion des connaissances. La NBA a manifestement été très franc sur l’égalité et la diversité au sein de sa ligue et je pense que ce n’est qu’une des étapes. Je ne pense pas pouvoir être accusée de sauter des étapes, j’ai passé 22 ans dans les salles de basket-ball professionnelles donc je suis équipée et je me prépare pour cela depuis longtemps. »

Faire changer les mentalités

Porte-drapeau des femmes dans l’univers NBA depuis son introduction dans le staff des San Antonio Spurs en 2014, Becky Hammon a plusieurs fois officié en tant que coach principale, en l’absence de Greg Popovich pour raisons médicales. Ce rôle de précurseur « est un terme auquel [elle n’] essaie de ne pas penser. » Il n’empêche que Becky Hammon est confronté chaque jour à ce rôle de pionnière dans son évolution en tant qu’entraineur. « En tant que pionnière, vous êtes probablement confronté a beaucoup de difficultés que beaucoup de gens ne voient ou n’entendent probablement pas, mais étant la première, il y a évidemment des choses que vous devez travailler. Je pense que vous avez besoin de beaucoup de résilience et d’humilité tout au long du processus, car c’est nouveau pour les gars aussi. C’est nouveau d’avoir une femme assise en leur présence, alors j’essaie toujours de laisser les gens être ce qu’ils sont. Permettre aux gens d’avoir cette liberté d’être ce qu’ils sont en ma présence ne fait qu’aider la cause.« 

Plus globalement, la présence de Becky Hammon près des parquets NBA fait évoluer les mentalités. « Les gens doivent être à l’aise avec ça, les gens doivent s’habituer à le voir, ça ne peut pas être anormal de voir une femme sur un banc, alors j’essaie de normaliser le plus possible pour que cela ne soit plus surprenant. Je pense que maintenant, que vous soyez un fan des Spurs ou un fan de basket-ball, vous vous êtes habitué à voir une femme sur le terrain et le but est donc finalement que ce ne soit pas si extraordinaire. » Et ce qu’elle tente de faire chaque jour, en prouvant ses connaissances du basket à ses homologues masculins. « Le jeu reconnaît le jeu. Les joueurs répondent à mes connaissances et à mes contributions et c’est finalement le but. Mettre un produit gagnant et cultiver un environnement qui aide ces gars à devenir de jeunes hommes, non seulement sur le terrain mais aussi en dehors du terrain. »


Photo à la Une : (@AP Images)

Léo Labica

Léo Labica, fondateur du site aux côtés de Romain Boisaubert et Marvin Mathieu. Passionné de sport depuis ma tendre enfance, je nourris une grande appétence pour le sport féminin depuis une dizaine d'années. Le foot, le basket, le cyclisme ou le tennis.. autant de disciplines qui me font rêver. Passé par les rédactions de Vélo101 ou de Sport 365, j'ai pu vivre au plus près les événements sportifs. C'est désormais sur le sport féminin que je me concentre à maintenant vingt-quatre ans en créant "Le Sport au Féminin". Plus qu'une passion, un devoir !

Articles similaires

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer