Divers

L’ambitieux Pôle Natation Sport Adapté

Basé à Vichy, le Pôle Natation Sport Adapté accompagne plus d’une vingtaine de sportifs en situation de handicap mental, déficients intellectuels où porteurs de trisomie 21. Que ce soit dans la performance sportive ou dans le soutien au quotidien, le staff du pôle est présent auprès des athlètes avec une seule ambition : décrocher les plus beaux titres internationaux !

5 nageurs préparent les Jeux Paralympiques

Recrutés après un parcours de sélections comprenant des compétitions régionales puis nationales, les nageurs du Pôle Natation Sport Adapté sont basés au CREPS de Vichy. Au quotidien, ils sont accompagnés par des entraîneurs, un kiné, un psychologue des médecins mais également par des chargés de la vie quotidienne.

Car l’objectif du pôle, c’est aussi d’être présent au quotidien afin que les nageurs puissent être autonomes, avec par exemple une aide au code de la route ou dans les transports. Hormis cet aspect, les différences avec la préparation sportive d’athlètes valides sont minimes. Et les ambitions sont les mêmes. En ce moment, par exemple, Nathan Maillet se prépare aux Jeux Paralympiques de Tokyo. Et quatre autres nageurs sont déjà tournés vers les Jeux Paralympiques de Paris en 2024. 

Et cerise sur le gâteau, la ville de Vichy vient d’apprendre qu’elle accueillerait les Global Games de 2023. La prochaine édition de la plus grande compétition internationale de sport adapté se déroulera donc à domicile pour les nageurs du pôle. 

Continuer d’accumuler les titres

Et nul doute que les ambitions des nageurs seront très élevées à cette occasion. D’autant que lors de la dernière édition des Global Games à Brisbane, Cléo Renou, une nageuse du pôle de Vichy a réalisé une performance exceptionnelle en remportant 6 médailles d’or.


Et le brillant futur du pôle pourrait être incarné par une jeune nageuse, Maëly Chevallier. À 16 ans, la jeune fille originaire de Chinon a déjà de grandes ambitions. Au centre de Vichy depuis 2018, elle est encore en phase d’apprentissage mais a de nombreux modèles dont elle apprend beaucoup, en espérant être la future grande nageuse de demain. 

Maëly Chevallier (©DR)

Des entraînements adaptés à chaque athlète

Mais avant de remporter des titres, Maëly Chevallier va poursuivre sa formation et les entraînements. Ceux-ci sont d’ailleurs adaptés afin d’avoir une personnalisation optimale pour chaque athlète. Un des entraîneurs du Pôle explique à ce sujet : « La spécificité c’est de se débrouiller pour que l’entraînement ait du sens. Il faut donc adapter les consignes à la singularité de chacun. Les entraînements types et échauffements sont mis en place pour que les nageurs comprennent un mécanisme. Et c’est ce mécanisme qui est soumis à l’épreuve de la répétition et de la vitesse. » 

Et comme tous les sportifs de haut niveau, c’est avec la victoire en ligne de mire que les nageurs du pôle avancent. À ce jour, ils concourent dans trois catégories de compétitions : déficience intellectuelle (10 nageurs), déficience intellectuelle avec des déficiences complémentaires (11 nageurs) et autisme de type Asperger (1 nageur). Rendez-vous dès le 15 octobre pour suivre les prochaines performances de ces nageurs, lors d’une compétition IPC à Berlin.


Photo à la Une : (@DR)

Articles similaires

Voir Aussi

Fermer
Bouton retour en haut de la page
Fermer