FootballFootball : D1 Arkema

D1 Arkema : 5 questions à … Romane Munich (ASJ Soyaux)

De nouveau sélectionnée en équipe de France ce jeudi, Romane Munich s’est longuement confiée pour Le Sport au Féminin. Le début de saison de l’ASJ Soyaux, ses ambitions personnelles, son arrivée en équipe de France … la gardienne du club charentais n’élude aucun sujet. Entretien.

En constante progression depuis son arrivée à l’ASJ Soyaux en 2017, Romane Munich confirme tous les espoirs placés en elle. Récompensée de ses efforts, la gardienne du club charentais a récemment été convoquée en équipe de France par Corinne Diacre, pour la première fois de sa carrière. Une grande fierté pour la joueuse 26 ans, mais pas une fin en soi. Pour Le Sport au Féminin, Romane Munich s’est confiée sans langue de bois. Entretien.

Le début de saison du club

Le début de saison est assez satisfaisant mis à part le dernier match face à l’En Avant Guingamp (défaite 3-0 ndlr). On aurait pu mieux faire mais on était un peu absente lors de ce match. Dès l’entame on avait du mal à remporter nos duels, on n’a pas beaucoup touché le ballon et Guingamp était très bien en place. Elles avaient bien analysé notre jeu, leur stratégie a bien fonctionné. Une fois qu’on était menée c’était difficile de revenir et le troisième but nous a un peu assommé. Sarah Cambot ? C’était sympa d’affronter des anciennes coéquipières mais elle m’a marqué un but !

Les quatre premiers matchs étaient de bonne facture, on travaille quotidiennement pour faire mieux et atteindre nos objectifs. On vise le maintien mais si on peut grapiller quelques places par la suite on ne va pas s’en priver. On a les armes pour atteindre nos objectifs, on a une bonne équipe une bonne cohésion C’est ce qui peut faire la différence cette saison. C’est important d’être dans une bonne ambiance pour travailler, beaucoup d’étrangères sont arrivées cette année et ont apporté pas mal de choses à l’équipe.

On se prépare pour la réception du Paris Saint-Germain, ça va être un gros match pour nous et on l’aborde avec beaucoup d’ambitions. On a envie de montrer de belles choses face à l’une des meilleures équipes du championnat. On veut montrer ce que l’on vaut vraiment et décrocher au moins un point ce dimanche.

Son début de saison sur le plan personnel

Il y a du bon et du moins bon car on a quand même encaissé pas mal de buts. Je dois continuer à travailler pour régler quelques détails importants. On analyse toujours les matchs au fur et à mesure des semaines, il faut se remettre en question quotidiennement. Je pense avoir fait des bonnes choses mais il y a encore du travail, notamment pour être plus imposante dans mes sorties aériennes et précise dans mes relances. J’ai encore une marge de progression, le stage en équipe de France m’a beaucoup aidé.

Sa sélection en équipe de France

C’est un grand moment dans ma carrière, je suis heureuse et fière d’avoir été sélectionnée en équipe de France. J’avais déjà connu le niveau international avec les sélections jeunes. Le but de toute joueuse est d’être convoquée en A donc j’étais très satisfaite. Ca m’a permis de voir la différence de niveau entre le national et l’international. L’objectif de s’installer ? Bien sûr ! Maintenant que j’y ai gouté je veux y rester. Ca passe par des bonnes performances en club donc je dois me focaliser là-dessus.

L’apport d’Amandine Guerin

C’est un gros plus pour moi c’est une évidence. Amandine a une grande expérience professionnelle, en club tout comme en équipe de France. C’est bien de pouvoir travailler à ses côtés. Son point de vue est toujours important et utile pour moi.

Le poste de gardienne

Je joue au football depuis l’âge de cinq ans. J’étais joueuse de champ à la base. Un jour en Benjamin, le gardien s’est blessé et j’ai du aller aux cages, j’ai arrêté un penalty puis je suis restée dans les buts (rires). Le hasard a bien fait les choses. Le poste de gardienne de but est très particulier, cela demande beaucoup de concentration. L’aspect technique entre aussi forcément en jeu. C’est un poste à part car la moindre erreur se paie cash et une contre-performance individuelle peut couter cher à l’équipe.


Photo à la Une : (@Maelle Fonteneau / MainOpposée)

Marvin Mathieu

Marvin est l'un des fondateurs du site, rédacteur en chef. Grand passionné de sport et de langue depuis son enfance, Marvin a réussi à concilier les deux durant son passage en Espagne, où il a découvert le métier de journaliste. Quadrilingue (Français, Anglais, Espagnol, Russe), ce Cagnois de vingt-trois ans a décidé de se lancer dans l'aventure du sport féminin, en créant officiellement "Le Sport au Féminin", le 25 février dernier.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer