TennisTennis : WTA

5 questions à … Mary Pierce, la légende du tennis français

A l’occasion d’un long entretien accordé pour Le Sport au Féminin, Mary Pierce, l’une des légendes du tennis français, a largement évoqué l’actualité du tennis féminin mondial. Son regard sur la nouvelle génération, sur le niveau des Françaises ou encore ses souvenirs de carrière, la lauréate de Roland-Garros en 2000 n’élude aucun sujet, avec un franc parler dont elle a le secret. Entretien exclusif.

Elle est l’une des figures emblématiques du tennis français. Lauréate de l’Open d’Australie en 1995 et de Roland-Garros en 2000, Mary Pierce, désormais consultante pour France Télévision, a également fait son entrée dans le Hall of Fame du tennis en 2019. Une championne qui a tout raflé en individuel mais aussi avec l’équipe de France, avec notamment deux titres de Fed Cup décrochés en 1997 et 2003.

La Franco-Canadienne au palmarès long comme le bras et à la notoriété mondiale s’est longuement confiée pour Le Sport au Féminin. Sans langue de bois, elle nous donne son regard sur le tennis féminin mondial, le niveau de jeu des Françaises ou encore sur l’étoile montante Cori Gauff. Extrait.

Quel souvenir gardez-vous de votre titre à Roland-Garros en 2000 ?

Je n’en garde que des bons souvenirs. C’est un rêve d’enfant qui s’est réalisé, c’est la récompense de nombreuses années de travail, de souffrance et de sacrifices. Ca a été une quinzaine vraiment magique, dès le premier tour j’ai senti que quelque chose pouvait se passer et que ça pourrait être mon année. J’ai gardé ça pour moi et j’ai joué match par match. Partager ce titre avec le public français, ma famille, mes amis .. c’est sans hésitation le plus beau souvenir de ma carrière.

Je suis fière d’avoir remporter des Grand Chelem. Mon premier titre à l’Open d’Australie en 1995 était aussi quelque chose de fort, surtout que je n’avais que 20 ans à l’époque. Ca a changé ma vie, il y avait beaucoup d’attentes et de pression à gérer derrière. Ca n’a pas toujours été facile mais on travaille pour ce genre de moments. Un regret sur ma carrière ? Non aucun ! J’ai toujours fait de mon mieux, j’ai toujours appris, dans la victoire comme dans la défaite. Je le dis souvent aux jeunes, c’est important de ne pas avoir de regret.

Quel est votre regard sur le tennis féminin mondial ?

C’est très ouvert et il y a plein de choses intéressantes à suivre. Serena Williams court après son 24 ème titre du Grand Chelem et arrive sur la fin de sa carrière, à l’instar de sa soeur Venus. Il y a une nouvelle génération qui arrive, une nouvelle ère se prépare. Beaucoup de joueuses vont arrêter et d’autres vont arriver. C’est plus ouvert qu’à mon époque, il y a beaucoup plus d’incertitudes sur chaque tournoi etc.

J’aime beaucoup Naomi Osaka, elle a un superbe jeu et le charisme d’une championne. Elle a eu un peu de mal à assumer son titre décroché l’Open d’Australie mais elle confirme désormais. Il y a également Sofia Kenin, Bianca Andreescu .. Beaucoup de jeunes joueuses très talentueuses qui auront sans doute de grandes carrières.

Que pensez-vous du niveau des Françaises ?

Je trouve que c’est dommage pour Caroline Garcia et Kristina Mladenovic car elles auraient pu faire mieux depuis le début de leur carrière. Kiki est sans coach depuis un moment et je pense que ça peut être un problème. Elle a le potentiel pour faire de grandes choses mais sans entraîneur c’est compliqué. Elle doit encore perfectionner quelques détails au niveau tactique notamment. Même son de cloche pour Caroline Garcia. Son entraîneur est son père, je les félicite pour ce qu’ils ont fait ensemble jusqu’à présent mais je pense qu’il manque quelque chose pour qu’elle fasse encore mieux. Elle a de grandes qualité athlétiques et tennistiques mais elle peut être meilleur. Ce sont deux joueuses qui ont été dans le Top 10 et c’est un peu dommage de les voir au delà de la quarantième place mondial. Elles ont également eu des différents en équipe de France, c’est un peu dommage …

Garcia et Mladenovic sont encore jeunes, pensez-vous qu’elles ont les armes pour rejoindre le top niveau ?

A l’heure actuelle non. Caroline est capable de faire de grosses performances, on l’a vu battre Karolina Pliskova récemment et dans le passé elle a fait de belles choses en Fed Cup. Maintenant, est-ce qu’elle a les armes pour battre Barty, Osaka, Kenin, Andreescu .. je ne sais pas. Elle doit bosser son jeu et être plus agressive. Il y encore du boulot.

Un mot sur Fiona Ferro et Diane Parry ?

Ce que Fiona Ferro a fait récemment est très positif. Elle a été très performante ces derniers mois où elle a notamment remporté le tournoi de Palerme. Je suis contente pour elle, je ne sais pas si elle a atteint son potentiel maximum. Elle a encore une marge de progression à mon sens.

Diane Parry me fait beaucoup penser à Amélie Mauresmo. Elle est encore très jeune donc il faut attendre pour se prononcer. On espère qu’elle aura une grande carrière et qu’elle fera de très grandes choses.

Le titre des Bleues en Fed Cup l’an passé

J’étais très contente pour elle. Je suis toujours heureuse de voir les Françaises triompher, j’espère qu’elles conserveront leur titre l’an prochain. Il faut saluer le superbe travail de Julien Benneteau. Il a réussi à réintégrer Caroline Garcia dans l’équipe, ce n’était pas gagné d’avance. On a besoin de Garcia et Mladenovic pour remporter des titres. Je n’ai pas été surprise car je sais qu’elles sont capables de le faire. Julien a crée un vrai esprit de groupe et ça a fait les différences. J’ai eu la chance de remporter la Fed Cup à deux reprises. J’en garde d’excellents souvenirs. Ce sont des moments très forts car on partage la joie en équipe dans un sport individuel.

La folle ascension de Cori Gauff

Cette joueuse est impressionnante. Au delà de ses grandes qualités tennistiques, ce qui m’impressionne le plus est sa faculté à gérer les grands matchs à son jeune âge. Elle a déjà un charisme et la mentalité d’une championne. C’est une future star du tennis mondial sans aucun doute. De plus en plus de joueuses se révèlent très jeunes, elles montrent une grande maturité. C’est exceptionnel et il faudra garder un oeil sur elle dans les années à venir.


Photo à la Une : (@WTA)

Marvin Mathieu

Marvin est l'un des fondateurs du site, rédacteur en chef. Grand passionné de sport et de langue depuis son enfance, Marvin a réussi à concilier les deux durant son passage en Espagne, où il a découvert le métier de journaliste. Quadrilingue (Français, Anglais, Espagnol, Russe), ce Cagnois de vingt-trois ans a décidé de se lancer dans l'aventure du sport féminin, en créant officiellement "Le Sport au Féminin", le 25 février dernier.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer