Football

La FIFA va imposer un congé maternité pour toutes les joueuses

Beaucoup de footballeuses sont obligées de mettre leur carrière entre parenthèses au moment de leur grossesse. La FIFA a décidé de changer les choses en proposant à chacune un congé maternité.

C’est une réelle bonne nouvelle qu’a annoncée la FIFA ce jeudi. « Nous voulons voir plus de femmes jouer au football et en même temps avoir une famille », a expliqué Sarai Bareman, responsable du football féminin au sein de la Fédération Internationale. À l’heure d’aujourd’hui, beaucoup de footballeuses de haut niveau doivent, soit arrêter leur carrière, soit repousser leur maternité, pour se concentrer sur leur vie sportive. Pour éviter cela, la FIFA va imposer le congé maternité aux 211 fédérations qui lui sont affiliées.

Ce type de congé est encore très peu présent dans le monde du football. Il est même inexistant sauf dans quelques pays comme les États-Unis. Cette proposition sera soumise lors du prochain conseil de la FIFA, en décembre. Les clubs engagés au niveau international devront donc bientôt proposer un congé maternité d’« au moins quatorze semaines, dont huit après la naissance », rémunéré « au minimum aux deux tiers du salaire contractuel ». Cette nouvelle mesure, mise en place dès 2021, permettra d’accorder l’ensemble des associations liées à la FIFA sur le sujet. Pour le moment, le traitement de la maternité est très inégal en fonction des fédérations.

Les joueuses seront protégées par la loi

Lorsqu’une de leurs joueuses partira en congé maternité, les clubs pourront recruter un « joker médical » pour palier à son absence. Lors d’une phase de recrutement, il sera interdit pour le club de « soumettre la validité des contrats au fait que la joueuse soit enceinte ou le devienne ». Si un club cause des problèmes à une joueuse pour ces motifs, il est passible de sanctions non seulement économiques, mais aussi sportives.

Après ce congé, le club devra organiser le retour de sa joueuse au sein de l’effectif. « Les clubs devront réintégrer les joueuses et leur fournir un soutien médical et physique approprié », a précisé Emilio Garcia, le directeur juridique de la FIFA. En effet, pour limiter les risques de blessures après une longue absence, chaque joueuse devra être accompagnée dans sa reprise de la compétition. Enfin, la joueuse pourra, si elle le souhaite, allaiter son enfant. Des « locaux adaptés » devront être mis en place à cet effet.

Comme on l’a vu récemment avec Sydney Leroux et Alex Morgan, les joueuses peuvent mêler vie sportive et vie de famille. Toutefois, une aide en plus ne sera que plus bénéfique pour elles.


Photo à la Une : (@DR)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer