Rugby

Qui est Zainab Alema, joueuse de rugby et nommée sportive de l’année ?

Désignée sportive de l’année par The Sunday Times dans la catégorie « sport de masse », Zainab Alema est une militante inépuisable, connue Outre-Manche. Zoom sur une sportive engagée et surprenante.

Surnommée le bulldozer, Zainab Alema évolue au club de Barnes RFC. Au mois de novembre, elle a été nommée sportive de l’année 2020 par The Sunday Times. « Nous lui souhaitons le meilleur dans tous ses projets et la félicitons pour l’impact fantastique qu’elle a dans la promotion de notre sport », déclare le président du club, David Doonan, dans un communiqué.

« Infirmière de profession, joueuse de rugby par passion »

Mère de trois enfants, la joueuse de rugby se bat pour permettre aux femmes de pays défavorisés de pouvoir pratiquer ce sport. Elle fonde « Studs in the Mud » en 2019. Cette association caritative distribue des équipements de rugby à celles et ceux qui n’y ont pas facilement accès.

>> À LIRE AUSSI : 5 questions à Lise Arricastre (Lons Rugby Club)

Elle s’investit également pour le développement du sport auprès des femmes musulmanes, afin de « plaquer tous les préjugés ». « Muslimah Rugby » est un espace dédié aux joueuses musulmanes, où chacune partage ses expériences, s’inspire et s’encourage.

On l’a surnomme le bulldozer

Une réelle source d’inspiration pour les femmes et un militantisme qui touche l’Outre-Manche. Zainab Alema travaille en tant qu’infirmière au service de soins intensifs de l’hôpital de Chelsea. Lorsqu’elle est de nuit, c’est son mari qui s’occupe de leurs trois enfants.

>> À LIRE AUSSI : Caroline Boujard (Montpellier Rugby Club) : « Le rugby féminin évolue de jour en jour »

Le reste du temps, elle organise ses journées en fonction du rugby. « Je ne travaille donc pas le dimanche car c’est le jour du match et je m’assure que je peux assister à au moins un entraînement sur deux dans la semaine ».

Elle débute le rugby pour valider ses cours

Il n’y pas vraiment d’anecdote derrière ce surnom. « Je me suis fait appelée comme ça parce que je jouais le numéro 8 dans mon ancienne équipe des Millwall Venus. Le mouvement appelé « le bulldozer » c’était un mouvement de numéro 8, donc comme c’était le mien on a fini par me donner ce surnom. »

>> À LIRE AUSSI : 4 choses à savoir sur Clara Joyeux (XV de France féminin)

A 17 ans, la rugbywoman avait besoin de pratiquer une activité pour compléter et valider ses cours d’éducation physique. Sur conseil de sa professeure, elle s’inscrit chez les U18 dans le club Ealing Trailfinders (ouest de Londres). Un choix qu’elle ne regrette pas.


Photo à la Une : (@AlemaZainab)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer