HandballHandball : Ligue Butagaz Énergie

LBE : Zoom sur la carrière de Laurent Bezeau, qui quittera le BBH en fin de saison

Coach du BBH depuis 2013, Laurent Bezeau s’apprête à céder sa place. L’ancien sélectionneur de la Tunisie était revenu dans le Finistère pour élever le club au plus haut-niveau. L’objectif a été atteint même si tout ne s’est pas toujours passé comme prévu. Décryptage.

Une ascension fulgurante

À l’époque où le BBH s’appelle le Brest Penn Ar Bed, il évolue en Nationale 1. Laurent Bezeau avait quitté le club breton à l’été 2012 avant d’y retourner un an plus tard. Grâce à son coaching et une formidable saison sans la moindre défaite (20 victoires et 2 matches nuls), l’équipe accède à la Division 2. 

L’importance grandissante du club finistérien est également marquée par l’inauguration de la Brest Arena (4077 places) lors de la saison 2014-2015. L’affluence moyenne augmente et atteint les 3300 spectateurs. À cette époque, Laurent Bezeau était à la tête d’un groupe solide ayant permis de terminer deuxième du championnat. Malgré cela, Brest n’a pas tout de suite accédé au plus haut niveau du handball féminin français.

Le Brest Penn Ar Bed devient le Brest Bretagne Handball que l’on connaît en 2015-2016. Une recrue de taille rejoint l’équipe, l’internationale espagnole Marta Mangué. Laurent Bezeau et ses joueuses affirment leur ambition : remonter dans l’élite du Championnat de France. Avec 20 victoires en 22 rencontres, le BBH remporte le titre de D2. Le club est enfin promu en Ligue Féminine, quatre ans après sa relégation administrative.

Monter encore plus haut

Vainqueur avec son équipe de la Coupe de France en 2016 et en 2018, Laurent Bezeau ne s’arrête pas là. Il emmène son effectif jusqu’en compétition européenne. Pour la première fois dans l’histoire du club, les joueuses accèdent à la Coupe de l’EHF. Les Rebelles ne passeront pas les quarts de finale, mais un long chemin venait d’être parcouru. 

Lors de la saison 2017-2018, elles étaient censées jouer cette même compétition, mais ont finalement participé à la Ligue des Champions grâce à une wild-card acceptée. Une aventure sans grand succès, mais ayant redoré l’image du club à l’échelle européenne.

Les Brestoises se distinguent de plus en plus au sein du Championnat de France. Et ce grâce aux grandes joueuses comme Cléopâtre Darleux (élue meilleure gardienne et meilleure joueuse du Championnat de France), Allison Pineau, Pauline Coatanea. L’entraîneur Laurent Bezeau est de plus en plus reconnu. 

Entre doutes et succès

Ces années à grimper les différentes marches du haut-niveau ont laissé des traces. En 2019, l’avenir du coach français au sein du club finistérien était devenu incertain. Souffrant d’une dorsalgie, il avait été absent trois semaines. Mais le doute planait sur la Brest Arena. Laurent Bezeau allait-il revenir sur le banc après une défaite cinglante face à Metz en Ligue des Champions ?

Au même moment les joueuses réclamaient son départ après de vives tensions. La pression était montée avec certaines d’entre elles, notamment avec Allison Pineau. L’arrière n’était pas blessée et pourtant on ne la voyait plus sur les terrains. Allison avait suivi les play-offs 2019 de chez elle. Considérée comme étant la principale instigatrice du conflit entre coach et joueuses, la direction du BBH s’était montrée très ferme sur le sujet. Le président du club, Gérard Le Saint avait affirmé qu’« elle (Allison Pineau) ne faisait plus partie du projet ». Il avait justifié cela en lui reprochant son niveau de jeu : « Elle n’est pas légitime, car elle n’a pas le rendement qu’il faut et avec son salaire ça crée des tensions ». La championne du Monde et d’Europe avait finalement écourté son contrat avec le BBH prévu jusqu’en 2021 et avait rejoint le Paris 92.

Laurent Bezeau quant à lui, a conservé sa place au sein du club. Ainsi, il a pu l’élever la saison dernière jusqu’en quart de finale de la Ligue des champions, après un magnifique parcours dans la compétition. Mais les Brestoises – un temps directement qualifiées pour le Final Four – n’auront finalement jamais disputé cette phase finale à cause de la Covid. Cette année, Brest est bien placé dans le trio de tête de son groupe en Coupe d’Europe.

Pablo Morel va lui succèder


Photo à la Une : (@BBH) 

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page