RugbyRugby : Equipe de France

La FFR a reçu Assa Koïta qui accuse le XV de France de l’avoir écartée en raison de son voile

Pour mettre fin à la polémique, la Fédération française de rugby a organisé une rencontre entre la sélectionneuse du XV de France, Annick Hayraud et Assa Koïta, ancienne internationale française, qui estime avoir été mise à l’écart de la sélection nationale à partir du jour où elle s’est mise à porter le niqab.

Cette semaine, Le Sport Au Féminin vous relatait l’affaire « Assa Koïta » , partie d’une interview de l’ancienne deuxième ligne du XV de France Féminin, sur le plateau de beIN SPORTS. Durant l’émission, celle-ci avait fait par de son ressenti en expliquant que son choix de porter le voile aurait provoqué l’arrêt de sa carrière internationale.

Des accusations de discrimination finalement démenties par la manageuse du XV de France Féminin, Annick Hayraud, qui justifiait cette non-sélection par choix purement sportif, pour une question de niveau de jeu. 

Une discussion constructive

Après les accusations par presse interposée, la Fédération française de rugby (FFR) a donc décidé de crever l’abcès en interne. L’instance a publié un communiqué dans lequel elle indique avoir organisé une rencontre entre Serge Simon, son vice-président, Assa Koïta, et Annick Hayraud, sélectionneuse.

>> À LIRE AUSSI : Assa Koïta écartée de l’équipe de France à cause de son voile ?

« La discussion fut constructive », indique ainsi la Fédération. « Annick Hayraud a reconnu, dans le cadre d’une discussion avec Assa Koïta sur sa non-sélection, avoir exprimé des propos sur le port du voile et sur la religion en général. Elle a expliqué que ces propos n’avaient pas influencé le processus de sélection. »

La sélectionneuse et la joueuse se sont ensuite entretenues en tête-à-tête pour discuter paisiblement sur la question et ont décidé communément de considérer cet épisode clos, démontrant l’intelligence et la convergence de valeurs de deux femmes sportives et citoyennes avant tout.

Communiqué de la FFR

Assa Koïta aux côtés de la FFR pour lutter contre les discriminations

Toujours dans ce même communiqué, la Fédération ajoute « avoir pris des mesures et se positionner fermement sur le sujet afin que ce genre de situation ou événements ne se reproduise à l’avenir, que ce soit en termes de ressentis ou de fait. » L’ancienne joueuse de Bobigny, du Stade Bordelais et du Stade Français, qui a pris sa retraite à 29 ans en 2020, a accepté « de mener des travaux dans le cadre de la Commission Fédérale de Lutte contre les Discriminations », annonce la FFR.

>> À LIRE AUSSI : Assa Koïta (Pink Rockets Stade Français) : « L’objectif, c’est les phases finales »

Déjà cet été, Assa Koïta avait confié à L’Equipe ses doutes sur les raisons de son absence en sélection depuis 2015. « C’est mon ressenti, je laisse les gens se faire leur idée, avait-elle déclaré. Je sors d’une Coupe du monde où je suis élue dans le quinze mondial, on continue à m’appeler en équipe de France et, au moment où je mets un foulard, on ne m’appelle plus. J’étais au top de ma forme et j’ai continué à l’être pendant la saison 2018-19, mes coéquipières me disaient que j’étais meilleure qu’en 2014. »


Photo à la Une: (@DR)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page