HandballHandball : Ligue des Champions de l'EHF

Ligue des champions EHF : Ce qu’il faut retenir du match nul héroïque de Brest à Györ

Ce samedi soir, le Brest Bretagne Handball a réussi à tenir en échec les Hongroises de Györ (27-27) lors de la phase de poule de la Ligue des champions. Un nul magnifique arraché à la dernière seconde. Retour sur les trois choses à retenir de cette rencontre.

Ana Gros et Cléopâtre Darleux brillent

Tous les supporters du BBH ont dû bondir de leur canapé au moment du tir surpuissant de l’arrière droite slovène. On parle bien sûr ici d’Ana Gros, auteure d’un shoot décisif à la dernière seconde de cette superbe partie de handball entre Györ et Brest. Cette réalisation, la cinquième du soir pour l’une des meilleures joueuses du monde, a permis à Brest de ramener un point de Hongrie. Un résultat plutôt positif sachant que les Bretonnes étaient menées à l’aube du dernier quart d’heure (20-23), et qu’elles auraient très bien pu gagner comme perdre ce choc du groupe B. Il faut aussi analyser ce résultat par rapport à la qualité de l’adversaire.

Enfin, on ne peut pas évoquer les cas individuels sans parler de Cléopâtre Darleux. La dernière rempart de l’équipe de France, entrée en jeu en seconde période, a terminé la partie avec plus de 40% d’arrêt. De quoi déjà regretter le départ en fin de saison d’Ana Gros vers le CSKA Moscou et l’avenir plus qu’incertain de la Tricolore qui a l’habitude de former la paire avec Sandra Toft.

Brest est la bête noire de Györ

Comment ne pas évoquer la force collective des Bretonnes ? Même menées au score, elles ont réussi à toujours y croire avant de s’offrir un nul bien mérité sur le terrain de la meilleure équipe du monde. Du moins de celle qui a remporté les trois dernières Ligues des champions. Alors que les Brestoises affrontaient les Hongroises de Györ pour la quatrième fois en moins d’un an, elles ont encore réussi à faire douter les coéquipières d’Amandine Leynaud. Sur cette période, les chiffres sont assez fous au vu du statut de Györ puisque Brest n’a perdu qu’une seule fois. Et c’était d’un but (28-29). Leurs trois autres confrontations se sont terminées sur un match nul.

Des statistiques qui nous font dire que le BBH fait désormais bien partie des grands d’Europe, même s’il n’arrive pas à marquer ce petit but de plus qui aurait été très important en vue d’une qualification directe pour les quarts de finale de la compétition (voir par ailleurs). Mais il faut quand même se rendre compte qu’en face c’était une équipe qui est invaincue depuis 48 matchs en Ligue des champions. Des chiffres qui donnent encore un peu plus de relief à la magnifique performance des joueuses de Laurent Bezeau.

Le BBH risque de devoir passer par les huitièmes

C’est la mauvaise nouvelle de ce samedi soir. Suite à leur nul concédé à Györ, les Brestoises risquent d’être un peu justes pour arriver à terminer à l’une des deux premières places de ce groupe B, synonyme de qualification directe pour les quarts de finale. Györ conserve la tête avec 18 points pris en 11 matchs, devant Brest (16 pts en 12 matchs) et le CSKA Moscou (15 pts en 9 matchs). Autant dire que les Russes devraient terminer en tête de cette poule, même si elles doivent encore affronter Györ.

Les Bretonnes risquent d’avoir du mal à terminer dans le top 2 de ce groupe B, mais tant que mathématiquement ce n’est pas fini, elles peuvent toujours y croire. Sinon, il faudra passer par un huitième de finale et dans ce sens, la défaite d’Odense contre Buducnost (24-27) ce samedi est une bonne nouvelle. Le BBH a ainsi consolidé sa place dans le top 3 et il compte désormais trois points de plus que les Hollandaises (13 pts en 12 matchs).

L’hommage de Stine Oftedal

L’arrière de Györ, deux fois buteuse face à Brest, a eu un mot pour ses adversaires du jour : « C’était une super équipe contre laquelle nous avons joué, mais ce sera un bon sentiment de gagner contre eux en Final 4. » Un message qui peut être perçu de deux façons, à la fois l’estime que porte la Norvégienne à cette équipe bretonne qu’elle voit être au rendez-vous du Final 4, mais aussi le fait qu’elle espère bien les dominer au bon moment, c’est à dire, dans un match décisif pour remporter la compétition.


Photo à la Une : (@BBH)

Timothée de Fraguier

Passionné de sport féminin depuis ses débuts dans le journalisme, Timothée de Fraguier a décidé de rejoindre l'équipe du Sport Au Féminin en septembre 2019. Aujourd'hui rédacteur pour notre site internet, il apprécie la mise en avant des résultats sportifs féminins.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page