RugbyRugby : Rugby à 7

Rugby à 7 : Retour fracassant des Françaises sur la scène internationale

Après avoir passé plus d’un an éloignée des terrains, l’équipe de France de rugby à 7 a disputé le tournoi de Madrid le week-end dernier et renoué avec le succès. Avec une médaille d’argent récoltée face aux Russes, les Bleues affichent leur retour sur la scène internationale. Leur rentrée est synonyme d’ambition débordante pour le plus grand plaisir du sélectionneur, David Courteix.

« Rugbystiquement, nous ne sommes pas décrochées par le niveau. Je suis très content de notre premier tournoi ! » . L’entraineur de l’équipe de France à 7 n’a pas caché sa satisfaction à la suite du premier tournoi international de Madrid. Seule compétition dans le paysage sportif des Bleues en plus d’un an, cette compétition a eu lieu le week-end du 20 au 22 février. Elle s’est refermée sur un échec en finale des Tricolores face aux Russes (17-5). Mais les Françaises n’ont pas à rougir de leurs performances. Elles pourront même se rattraper et prendre leur revanche sur les joueuses de l’Oural ce week-end à l’occasion de la deuxième édition.

>> À LIRE AUSSI :À la découverte de Séraphine Okemba (France 7 Féminin)

Le parcours des Bleues au premier tournoi de Madrid est plus que satisfaisant. Venues à bout de toutes leurs adversaires – hormis la Russie, les filles de France 7 n’ont pas fait dans la dentelle. Elles ont d’abord largement battu l’Espagne à domicile (43-0), avant de l’emporter facilement sur le Kenya (63-5). Le dimanche, elles ont écrasé la Pologne (31-0) et se sont frayées un chemin contre les Etats-Unis (26-7). Des victoires qui n’ont pas surpris David Courteix : « Nous avons chargé énormément avant d’arriver sur ce tournoi et la charge d’entraînement était plus importante qu’avant une étape du World Series. » Seule grosse ombre au tableau : deux défaites contre les Russes, habituées du podium, le samedi puis le dimanche, en finale.

Un effectif large et bien rôdé

David Courteix savait qu’il pouvait compter sur ses joueuses. « Nous avons un groupe très dense en qualité et en quantité. Très large aussi, surtout par rapport aux autres équipes. » Vainqueurs faciles sur la plupart des équipes du tournoi, les Bleues ont su montrer de très belles phases offensives contre des équipes d’Espagne, du Kenya ou de Pologne dépassées. Le tout en s’assurant une forme hors norme. « Les filles se sont rassurées sur le plan physique avec des premières mi-temps à plus de 115 mètres par minute. » Un avantage non négligeable dans la compétition, rendu possible grâce à une très bonne préparation, entamée en décembre dernier.

Les joueuses tricolores ont eu un petit peu plus de mal à faire face aux Etats-Unis, mais leurs quatre essais (dont un non transformé) leur ont assuré une place en finale. Jade Ulutule brillante ce week-end, a même inscrit un joli doublé mettant définitivement en peine les USA. En revanche, lors de la défaite en finale contre la Russie, Chloé Pelle, ailière du Stade Français, a été la seule à scorer. Son essai n’aura pas suffi à la France pour décrocher la médaille d’or, mais elle aurait a au moins permis à son équipe de sauver l’honneur dans un match difficile. Coralie Bertrand et Lina Guérin ont également contribué aux divers succès de l’équipe, notamment contre les Américaines.

>> À LIRE AUSSI : Rugby : Les 7 joueuses à suivre aux JO de Tokyo

Le Championnat de France ayant repris, les joueuses auront l’occasion de poursuivre leur retour à la compétition, après des semaines à l’arrêt. Ce qui va de pair avec les matchs disputés en sélection. Puisqu’elles démontrent ce dont elles sont capables. L’aspect compétitif était d’ailleurs le mot d’ordre du tournoi de Madrid : « notre objectif prioritaire ce week-end était de retrouver la compétition. » Mission accomplie donc pour l’effectif de France 7.

Des difficultés défensives à retravailler en vue des prochaines compétitions

En finale face à la Russie, ce qui a le plus péché chez les Françaises, est l’aspect défensif. Réduite à néant par les offensives rapides des Russes, l’équipe de France a encaissé essai sur essai. Condamnées à défendre dès les points engrangés par leurs adversaires à la 3e puis 7e minute, les joueuses de David Courteix ont aussi peiné en seconde période.

« Nous avions besoin de retrouver le rythme d’une compétition réelle avec des adversaires plus imprévisibles que nous le sommes entre nous. Nous avons été battus face à une nation meilleure que nous » , a confié David Courteix après la finale. Ce sur quoi il devra travailler dans les prochains mois. Les Bleues iront chercher une place aux Jeux Olympiques lors d’un tournoi à Monaco en juin prochain.

>> À LIRE AUSSI : Le sélectionneur de l’équipe de France à 7 est confiant pour l’avenir de sa sélection

Pour corriger ces défauts, la deuxième édition du tournoi de Madrid, se déroulant le 27 et 28 février, servira d’expérimentation. Les Françaises ont pu bénéficier d’une semaine de récupération et d’entrainement. « C’est important de pouvoir enchaîner deux compétitions. C’est l’occasion de remettre tout de suite l’ouvrage sur le métier, de se faire une semaine de préparation et de débriefer ensemble. » L’aubaine permettra aussi aux joueuses de prendre leur revanche sur la Russie. Et pourquoi pas, d’empocher une médaille d’or au passage…


Photo à la Une : (@FranceRugby)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page