Volley-BallVolley-Ball : Ligue A

Ligue A : L’ASPTT Mulhouse sera-t-il une nouvelle fois sacré champion de France ?

Solide dans ses matchs depuis le début de saison, l’ASPTT Mulhouse, actuellement en tête de la Ligue A féminine (56 points) pourrait être une nouvelle fois sacré champion de France. Attention tout de même à Béziers (50 points) qui compte un match de retard sur les Alsaciennes.

Elles sont invaincues depuis décembre et n’ont perdu qu’un match cette saison. Les joueuses de l’ASPTT Mulhouse marchent sur la première division féminine de volley. Comme deux des trois saisons précédentes, les Alsaciennes s’imposent en grandes leaders semaine après semaine. Alors que la saison 2020-2021 se jouera sans playoffs et désignera les championnes de France par leur place au classement général, les Mulhousiennes sont bien parties pour remporter le titre. Mais attention à Béziers qui vient menacer leur trajet sur l’autoroute du succès.

Une revanche à prendre sur 2020

L’ASPTT Mulhouse a commencé sa saison avec une pluie de victoires. Et pour cause, la frustration d’une année non aboutie (le Covid ayant provoqué l’arrêt des compétitions) a lancé les joueuses à l’assaut des premiers matchs du championnat. Coaché par François Salvagni qui maintient l’effectif en place (en poste depuis 2019) et porté par une équipe qui se connait, le club alsacien continue de briller en Ligue A.

>> A LIRE AUSSI : Bilan – Ligue A : Mulhouse, leader de bout en bout

21 matchs, 20 victoires, 1 défaite. Le couac est survenu lors de la douzième journée du championnat. Les Mulhousiennes se sont laissées surprendre par Béziers (2-3) à domicile. Seul ombre au tableau cette saison. Depuis Les Alsaciennes tiennent bon et enchaînent les succès. Dernier en date, un match remporté face à Nantes (3e au classement), ce samedi, où elles ont certes, perdu un point, mais démontré leur capacité à inverser des situations délicates (25-15, 19-25, 25-16, 20-25, 15-9 au tie-break). Une rage de vaincre qui pourrait permettre à l’ASPTT Mulhouse de soulever le titre en fin de saison.

Une équipe complète

L’ASPTT Mulhouse possède-t-il le meilleur effectif ? En démarrant la saison avec une flopée de victoires et sans un mercato bouleversant, les Alsaciennes se sont assurées un bel avenir. Ainsi, elles ne possèdent peut-être pas la plus grandiloquente des équipes (Béziers comptant le plus de joueuses dans le top des statistiques de la Ligue A), mais probablementla plus complète et la plus équilibrée.

Le club peut d’ailleurs se reposer sur une Laetitia Moma Bassoko qui se distingue en tant que deuxième meilleure serveuse cette année (34/65). Une Leandra Olinga-Andela, quatrième meilleure contreuse (20/26). Et une Héléna Cazaute ,cinquième meilleure réceptionniste avec 63% de réceptions positives, et qui reste sur un très bon match face à Nantes ce samedi.

>> A LIRE AUSSI: Léandra Olinga-Andela : « Une véritable osmose dans le groupe »

L’entente fait aussi la différence. Déjà présente en 2019, la bonne humeur régnant au sein du groupe est un acteur majeur de la réussite des Mulhousiennes. Soudées, elles évoluent toutes vers un objectif commun : le titre. Et c’est précisément ce qui peut les porter loin jusqu’à la fin avril.

Un doublé Coupe – Championnat ?

« Il nous manque encore quelque chose« , avait déclaré François Salvagni à la suite d’un match de Ligue des champions en février dernier. Si l’ASPTT Mulhouse rayonne en championnat, ce n’est pas le cas sur la scène européenne. Éliminé dès la phase de poules, le club alsacien peut espérer combler son échec et le « manque » évoqué par le tacticien, par un titre de champion de France et… une Coupe de France. En lice pour les quarts de finale, les Alsaciennes devront une nouvelle fois croiser le fer avec les Nantaises pour s’assurer une place en demi-finales le 13 mars prochain. En cas de victoire, elles pourraient se rapprocher un peu plus d’un doublé historique.

>> A LIRE AUSSI : 3 choses à savoir sur Christina Bauer, de retour à l’ASPTT Mulhouse


Photo à la Une : (@DNASports)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page