Divers

Qui est Thomas Bach, l’influent président du CIO réélu pour quatre ans ?

À 67 ans, l’ancien champion d’escrime allemand a été reconduit pour un second et dernier mandat à la tête du Comité international olympique, qu’il dirige depuis 2013. Porté par une vraie rigueur dans ses combats, il se doit notamment d’assurer l’organisation des prochains Jeux Olympiques de 2021 à Tokyo.

Le Bavarois Thomas Bach a donc été réélu ce mercredi 10 mars, lors de la 137e session du Comité International Olympique qui devait se tenir à Athènes, mais qui s’est finalement tenu en visioconférence. À la quasi-unanimité puisqu’il a obtenu 93 voix sur 98. À la présidence du CIO depuis 2013, son second mandat sera le dernier et cette fois-ci de quatre ans seulement, soit jusqu’en 2025.

Son objectif numéro un ? Assurer l’organisation des Jeux olympiques de Tokyo déjà reportés, et qui devraient débuter le 23 juillet prochain, mais qui sont encore menacés par la crise sanitaire. « Tokyo demeure la ville-hôte la mieux préparée de l’histoire olympique et pour l’heure, nous n’avons aucune raison de douter que la cérémonie d’ouverture se tiendra bien le 23 juillet », a assuré le président du CIO. « La question n’est pas de savoir si les Jeux auront lieu, mais comment», a détaillé Thomas Bach.

>>A LIRE AUSSI :Coronavirus : La lettre ouverte de Thomas Bach au mouvement olympique

Des JO avec du public à Tokyo

Alors que la présence de spectateurs étrangers s’est vue interdite par les autorités japonaises, une décision devrait être rendue fin avril pour la présence de spectateurs japonais aux JO. Thomas Bach s’est en tout cas voulu rassurant quant à l’organisation de Jeux Olympiques « sûrs », qui devraient, grâce au développement des vaccins, se dérouler avec le plus de précautions possible afin qu’ils ne se transforment pas en gigantesque cluster.

« Nous avons la preuve claire et objective que des grands événements sportifs avec un important nombre de participants peuvent être organisés en sauvegardant la santé de tous. En comparaison, nous sommes maintenant dans une position plus chanceuse car plusieurs vaccins sont déjà largement opérationnels. Un nombre considérable d’athlètes olympiques a déjà été ou sera vacciné pour Tokyo. La situation continuera à s’améliorer grandement, à mesure que nous nous rapprocherons de la cérémonie d’ouverture », a affirmé le directeur du Comité International Olympique.

>>A LIRE AUSSI : Thomas Bach annonce qu’un « report des JO après 2021 est impossible »

Un défenseur de l’égalité des sexes dans le sport

D’importants progrès ont été réalisés en matière de promotion d’égalité des sexes dans les compétitions olympiques et ça, c’est en grande partie grâce à Thomas Bach. Il en est convaincu, le sport est l’une des plateformes les plus puissantes pour promouvoir l’égalité des sexes, un principe fondamental de la Charte Olympique. Notamment devenu ambassadeur de la campagne #HeForShe, dans laquelle il s’est engagé pour que le CIO reste mobilisé afin d’utiliser le sport pour faire avancer les droits et le bien-être des femmes à travers le monde.

C’est notamment en sensibilisant les Comités Nationaux Olympiques européens, dont 50% participeraient activement à la promotion de l’égalité des sexes dans le sport, que Thomas Bach en a fait une priorité. Il représentait d’ailleurs l’un des piliers de son agenda olympique entre 2014 et 2020. Après près de gros progrès il souhaite à l’avenir une égalité des sexes parfaite, avec le même nombre d’hommes et de femmes en lice dans le même nombre de sports et d’épreuves.

>>A LIRE AUSSI :Thomas Bach est attaché à l’indépendance des Jeux Olympiques

Il lutte contre toute forme de dopage

C’est sûrement l’un des domaines où Thomas Bach se montre le plus ferme. En effet, le Bavarois est très impliqué dans la lutte antidopage. C’est à la suite de l’affaire du dopage d’État en Russie entre 2014 et 2018 que le président du CIO a souhaité renouveler le système de lutte antidopage, afin de le rendre plus transparent et plus efficace. Avec notamment un investissement de 30 millions de dollars pour créer l’Autorité internationale de contrôle, une instance qui favorise une centralisation des tests antidopage. Pour Bach, la sanction doit être la même pour l’athlète que pour son entourage, lorsqu’un cas de dopage est découvert. C’est pourquoi il encourage encore les gouvernements à légiférer afin de punir sévèrement les personnes faisant partie de l’entourage d’un sportif dopé.


Photos à la Une : (@JeuxOlympiques)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page