FootballFootball : Equipe de France

Equipe de France (F) : Un écart encore abyssal avec le gratin du football mondial ?

Après une semaine marquée par une belle victoire face à l’Angleterre et une défaite logique face aux Etats-Unis en amical, difficile de juger le niveau de l’équipe de France. Satisfaite du premier match, Corinne Diacre avoue volontiers que du travail l’attend avant de voir les Bleues rivaliser avec la meilleure équipe du monde.

>> A LIRE AUSSI : France – Etats-Unis (F) : Les notes des Bleues

L’équipe de France féminine de football avait l’occasion de marquer les esprits en cas de résultat positif face aux Etats-Unis. C’est raté. Au terme d’une rencontre soporifique où les occasions de buts étaient aussi rares que neige en juillet, les Américaines ont profité des errances défensives des Bleues pour inscrire rapidement les deux seuls buts de la rencontre grâce à Rapinoe (5′ sur pénalty) et Alex Morgan (19′). Si les coéquipières de Grace Geyoro ont retrouvé une certaine solidité défensive en seconde période, elles ont très rarement mis en danger la gardienne américaine et ne se sont clairement pas procurées d’occasions franches.

« La première période a été très mal maitrisée avoue Corinne Diacre à l’issue de la rencontre. Ce but au bout de 5 minutes nous met un peu la tête dans l’eau. On n’a pas trouvé les ressources et les solutions sur le terrain. On a apporté quelques modifications après la pause, qui nous ont permis de faire 0-0 en seconde période, avec une organisation défensive plus solide et solidaire, et quelques actions offensives ».

« Pas à la hauteur du rendez-vous »

Un match raté par les Bleues certes, mais un résultat à relativiser aux vues des absences de cadres de l’équipe. Les Lyonnaises Amandine Henry, Wendie Renard et Amel Majri ont été contraintes à déclarer forfait après avoir été testées positives à la Covid-19. Dans l’entre-jeu, Charlotte Bilbault, récemment opérée du genou, a également grandement manqué aux Bleues face aux Etats-Unis. « On ne va pas se chercher d’excuse poursuit la sélectionneure, on n’a pas été à la hauteur du rendez-vous. On a mis trop de temps à entrer dans le match. Ce qui me gêne c’est que c’est encore contre les Etats-Unis. Il faut à un moment donné qu’on arrive à franchir ce cap. On se rapproche mais on n’y est pas encore ce soir. »

Encore un an pour progresser

Avec ces nombreux forfaits, Corinne Diacre a pu faire appel à de jeunes joueuses qui honoraient leur première sélection sous la tunique tricolore. Sur les deux matchs amicaux, on a notamment pu découvrir Ella Pallis ou Grace Zakadi. D’autres joueuses faisaient leur retour à l’image d’Inès Jaurena. Le manque d’expérience s’est largement fait ressentir sur la rencontre face aux championnes du monde en titre, ce mardi au Havre. Mais encore une fois, Diacre ne cherche aucune excuse à cette mauvaise prestation au Stade Océane.

« J’ai un groupe en renouvellement, les automatismes c’est à nous de les trouver. On a dix jours pour préparer deux matches, on se doit de se mettre en mode sélection, de faire attention avec qui l’on joue et regarder les qualités de chacune. C’est à nous de nous adapter au plus vite, le haut niveau demande cela. On ne va pas se chercher d’excuse sur un manque d’automatisme. On est une équipe en reconstruction. Moi je ne prépare pas les Jeux, je prépare (l’Euro) 2022, donc j’ai encore un an devant moi. Il me semblait opportun de voir des jeunes joueuses, qui m’ont donné satisfaction. On a vu des choses intéressantes et il ne faut surtout pas oublier cette victoire contre l’Angleterre. Les Etats-Unis nous sont encore supérieures, mais l’équipe de France n’a pas joué sur sa vraie valeur. »


Photo à la Une : (@EquipeDeFrance)

Léo Labica

Léo Labica, fondateur du site aux côtés de Romain Boisaubert et Marvin Mathieu. Passionné de sport depuis ma tendre enfance, je nourris une grande appétence pour le sport féminin depuis une dizaine d'années. Le foot, le basket, le cyclisme ou le tennis.. autant de disciplines qui me font rêver. Passé par les rédactions de Vélo101 ou de Sport 365, j'ai pu vivre au plus près les événements sportifs. C'est désormais sur le sport féminin que je me concentre à maintenant vingt-quatre ans en créant "Le Sport au Féminin". Plus qu'une passion, un devoir !

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page