Sur la route de Tokyo

Tokyo 2020 : Pfizer et BioNTech vont offrir des vaccins aux sportifs

Les laboratoires Pfizer et BioNTech ont signé un accord avec le CIO pour vacciner tous les athlètes qui le souhaiteront avant les Jeux Olympiques.

Thomas Bach, le président du CIO et les laboratoires Pfizer et BioNTech ont annoncé via un communiqué ce jeudi avoir conclu un protocole d’accord pour vacciner les sportifs et leurs délégations pour se déplacer à Tokyo.

Le CIO salue et encourage les participants qui veulent se faire vacciner sans toutefois le rendre obligatoire pour disputer les Jeux Olympiques à l’été prochain.

Les deux laboratoires ont indiqué qu’ils « se coordonneront avec les Comités olympiques à travers le globe ». Les premières livraisons de vaccins arriveront logiquement fin mai.

>> A LIRE AUSSI :Qui est Thomas Bach, l’influent président du CIO ?

« Ce don de vaccins est un autre instrument dans la boîte à outils des mesures qui aideront à faire de ces Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo 2020 un évènement sûr et sécurisé pour tous les participants, tout en affichant notre solidarité avec notre hôte, le Japon », se réjouit Thomas Bach, le président du Comité international olympique.

Une vaccination qui pose des questions

Les Jeux Olympiques de Tokyo vont accueillir environ 11 000 sportifs. Une situation difficile à gérer au pays du soleil levant où l’état d’urgence est de nouveau décrété à Tokyo et dans de nombreux départements. Les sportifs sont donc fortement poussés à se faire vacciner avant les Jeux Olympiques.

>> A LIRE AUSSI :Des Jeux Olympiques sans fans étrangers

Cette vaccination tardive pose des problèmes. Certains athlètes ne sont toujours pas qualifiés, la moitié de la délégation française n’est pas connue. Les derniers sésames seront distribués en juin ce qui ne laisse pas le temps pour recevoir les deux injections sans en ressentir les effets quelques jours avant ou pendant la compétition.

La vaccination française a débuté le 27 avril, les sportifs français et leurs staffs qui se rendront à Tokyo peuvent se faire vacciner s’ils le souhaitent. Une décision assumée par le ministère des Sports mais sans le promouvoir pour ne pas créer la polémique.

Les sportifs professionnels qui ne se rendront pas à Tokyo n’ont pas la possibilité de se faire vacciner. Cette dérogation montre une fois de plus la complexité de vacciner les sportifs pour les Jeux Olympiques à l’heure où la vaccination pour tout le monde tarde à arriver.


Photo à la Une : (@DR)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page