TennisTennis : WTA

Roland-Garros s’annonce encore une fois très indécis

Alors que la saison de terre battue bat son plein avec notamment les fameux WTA 1000 de Madrid et
de Rome, tous les regards commencent à se tourner du côté du plus prestigieux des tournois de la
saison sur terre, le Grand Chelem de Roland-Garros.

>> A LIRE AUSSI : Roland-Garros: Epatante, Iga Swiatek écrase Sofia Kenin et remporte le titre

Le tant attendu Grand Chelem de Roland-Garros approche à grands pas. Et comme chaque année, les mêmes questions se posent pour savoir qui est la grande favorite pour remporter le trophée. Et cette année, comme la plupart du temps depuis la perte d’influence et la chute de performances de Serena Williams, il est bien difficile de dégager une tenniswoman du lot comme potentielle gagnante de Roland, à l’inverse du tournoi masculin où Rafael Nadal, malgré son âge, reste le grandissime favori devant la NextGen.

Depuis la fin de l’alternance des victoires entre Maria Sharapova et Serena Williams, qui ont gagné 4 titres à elles deux entre 2012 et 2015, personne ou presque n’aurait pu prévoir les succès des 5 gagnantes qui ont suivi. A savoir Garbiñe Muguruza, Jelena Ostapenko, Simona Halep, Asleigh Barty et Iga Świątek. Si les sacres de Halep et Barty n’ont pas défrayé la chronique, les titres des trois autres étaient plus complexes à prévoir et ont rarement été suivis d’une grosse domination sur la scène du tennis mondial. Le tennis féminin a souvent eu une réputation d’être imprévisible et Roland-Garros, de par la spécificité de sa surface, est souvent considéré comme le plus indécis de tous les tournois du Grand Chelem.

>> A LIRE AUSSI : Roland-Garros : Encore joueuse de cricket en 2015, Ashleigh Barty remporte le titre

Barty a toujours la côte

Pour cette édition 2021, certains noms sortent toutefois plus souvent de la bouche des analystes sportifs. La première d’entre elles est logiquement la numéro 1 mondiale Ashleigh Barty, toujours en grande forme en ce milieu de saison. La lauréate du Grand-Chelem parisien en 2019 a déjà remporté plusieurs tournois en 2021. Son bilan est pour l’instant de 27 victoires pour 5 défaites, dont une importante en finale du tournoi de Madrid, premier gros test de la saison sur terre battue, face à la Biélorusse Aryna Sabalenka. Malgré cette désillusion, elle semblait la grande favorite du tournoi de Rome, mais elle a finalement dû abandonner en quarts de finale face à la toute jeune Coco Gauff à cause d’une douleur au bras droit. Il faudra donc voir si elle réussira à se remettre suffisamment rapidement suite à cet abandon prématuré 10 jours avant Roland-Garros, mais il y a fort à parier qu’elle ne sera pas à 100% au début de la quinzaine parisienne.

Ashleigh Barty, lauréate de l’édition 2019 de Roland-Garros (©Roland-Garros)

Swiatek face au signe indien

L’autre favorite est la tenante du titre Iga Świątek. Auteure d’une performance formidable l’an passé à Paris en remportant le tournoi sans avoir perdu le moindre set, la jeune polonaise a depuis confirmé en remportant notamment le tournoi d’Adélaïde cette année et en faisant quelques bonnes performances et des matchs d’un niveau intéressant. Depuis le début de la saison sur terre, sa grande spécialité, elle a notamment été battue par Ashleigh Barty en huitièmes de finale du tournoi de Madrid avant de remporter le titre dans la foulée à Rome, avec une victoire expéditive (6-0, 6-0) en finale face à la Tchèque Karolina Pliskova (10e). Reste à savoir si elle parviendra à vaincre la malédiction de la tenante du titre car aucune joueuse, depuis Justine Hénin en 2005, 2006 et 2007, n’est parvenue à conserver son titre dans la capitale française.

Malgré leur statut de favorites, Barty et Swiatek sont cependant loin de faire figure d’imbattables. Cette situation se ressent bien sur les sites de paris sportifs puisqu’elles se retrouvent toutes deux avec une côte élevée de 5,50 chacune, bien loin des 1,90 pour Nadal chez les hommes. En troisième position chez les bookmakers se trouve la Roumaine Simona Halep, même si celle-ci a connu de sérieux trous d’air depuis sa victoire et notamment des éliminations au premier tour de tournois du Grand Chelem qui ont fait grand bruit. De plus, son bilan de 11 victoires pour 5 défaites depuis le début de sa saison ne plaide pas en sa faveur, mais son talent et son expérience pourraient encore faire la différence.

Osaka, le déclic sur terre-battue ?

Tout le monde attend bien sûr Naomi Osaka, la coqueluche du tennis mondial, déjà détentrice de 4 titres du Grand Chelem dans sa carrière, dont les deux derniers en date, l’US Open 2020 et l’Open d’Australie 2021. Elle semblerait donc la favorite naturelle de ce Roland-Garros, mais elle n’a pour l’instant jamais réussi à imposer son jeu sur terre battue et une victoire en France ne semble pas sa priorité pour le moment. Bien sûr, il est impossible de ne pas évoquer Serena Williams, triple vainqueur de l’épreuve et toujours à la recherche de son record d’un 24ème titre du Grand Chelem en carrière. Mais malgré sa force et son mental légendaire, difficile de l’imaginer rivaliser avec les plus jeunes joueuses du circuit au vu de son état de forme actuel.

Et de nombreuses autres tenniswoman pourraient réussir à tirer leur épingle du jeu et créer la surprise, telles que Aryna Sabalenka, qui vient de remporter l’Open de Madrid, ou encore les expérimentées Victoria Azarenka et Petra Kvitova. A moins que, comme en 2020 ou en 2017 avec Swiatek et Ostapenko, ce soit une parfaite outsider qui parvienne à rafler la mise. Vous l’aurez compris, bien malin celui qui saura déterminer à l’avance qui soulèvera le trophée Suzanne-Lenglen le 12 juin prochain.

Serena Williams à Roland-Garros (@WTA)

Photo à la Une : (@RolandGarros)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page