Sur la route de Tokyo

Aviron : Le quatre de couple se qualifie à Lucerne pour les Jeux Olympiques

L’aviron français se déplaçait à Lucerne (Suisse) pour les régates de qualification olympique et essayer de décrocher les derniers tickets. Le quatre de couple composé d’Aernoudts, Bailleul, Jacquet et Lunatti a terminé 2ème, une place synonyme de qualification pour Tokyo.

L’aviron français féminin a réussi à qualifier une troisième embarcation pour les Jeux Olympiques (23 juillet au 8 août). Ce week-end à Lucerne (Suisse), le quatre de couple a décroché son sésame pour Tokyo. Composé de Violaine Aernoudts, Margaux Bailleul, Marie Jacquet et Emma Lunatti pour la deuxième fois après Zagreb au début du mois, le bateau a réalisé la course parfaite.

Dans le début de la course, les Françaises se sont accrochées aux Australiennes avant de les laisser partir et de contrôler leurs poursuivantes. Toujours sous la menace des Norvégiennes, le bateau français réussit à accélérer et finit avec 2 secondes d’avance sur les Scandinaves. Derrière les Australiennes, les Françaises terminent 2ème et se qualifient pour les Jeux Olympiques.

Cette qualification est historique pour l’aviron français car aucun bateau long féminin ne s’était qualifié pour les Jeux Olympiques depuis la mise en place des qualifications olympiques en 1996.

>> À LIRE AUSSI :Que savez-vous de l’aviron ?

« On n’a pas trop géré la course, dans le sens où on était au taquet tout du long, a expliqué Emma Lunatti à la fin de la course. On est fière de ce qu’on a pu faire sur la fin de course, en mettant la pointe devant pour se qualifier. Avec le stage terminal qui va arriver, on va faire en sorte d’arriver aux Jeux à notre meilleur niveau. »

Pour l’entraineur Camille Ribes c’est une très bonne nouvelle : « j’étais assez confiante, je savais qu’elles pouvaient le faire. J’ai ressenti beaucoup de joie, je suis ravie pour les filles. J’y croyais à fond. C’est le bateau le plus rapide qu’on ait jamais monté, elles l’ont prouvé depuis Zagreb. Il fallait maintenant avoir les nerfs solides pour le valider sur une compétition où il y a tout à perdre ou à gagner. »

L’aviron français rayonne

Il y aura 3 bateaux féminins aux Jeux Olympiques. Le quatre de couple rejoint le deux de couple toutes catégories d’Hélène Lefebvre et Élodie Ravera-Scaramozzino mais aussi le deux de couple poids léger de Laura Tarantola et Claire Bové.

Qualifiés depuis les Mondiaux de 2019, Laura Tarantola et Claire Bové sont en bonne forme dans leur préparation aux Jeux. Après la blessure de Laura Tarantola, les vice-championnes d’Europe en 2019 ont remporté la première manche de Coupe du Monde à Zagreb avec plus de 15 secondes sur leurs poursuivantes biélorusses.

>> À LIRE AUSSI :Les rameuses françaises font le plein de médailles à Zagreb

Pour la 3ème embarcation les choses se compliquent. 2ème à Zagreb, Hélène Lefebvre et Élodie Ravera-Scaramozzino ne participeront pas aux deux prochaines manches de Coupe du Monde prévues ce week-end à Lucerne et du 4 au 6 juin à Sabaudia (Italie). « Hélène est victime d’un gros coup de fatigue et cela ne servirait à rien de les engager dans ces conditions », indique leur entraîneur Christine Gossé. Ensemble depuis 2015, les championnes d’Europe 2018 feront leur retour pour l’épreuve olympique.


Photo à la Une : (@E. Marie/FFA)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page