Athlétisme

Lamote, Robert-Michon, Brossier… Les tops du Meeting de Montreuil

Lors de la 12 ème édition du meeting de Montreuil, les belles performances se sont enchaînées, ce mardi soir, sous le plaisant couché de soleil du stade Jean-Delbert, encore fermé à huit clos. La chaleur environnante, près de 27 degrés  tout de même, a semblé convenir aux Françaises. Le genre de spectacle qui donne envie aux fous d’athlé de côtoyer de nouveau les abords des stades. Les Bleues ne se sont pas fait prier pour faire plaisir aux téléspectateurs, à l’image de Lamote qui réalise un double tour de piste qui sent bon Tokyo.

Mélina Robert-Michon fait le job

Entrée dans son concours avec un jet assuré, la candidate au porte-drapeau du clan tricolore aux JO de Tokyo, se rassure avec un lancer à 61,39m. Déjà qualifiée pour l’été olympique, c’est sans pression qu’elle a tenté de rectifier ses erreurs sur les autres jets, sans parvenir à améliorer sa première marque. L’athlète de Serge Debié qui était descendue sous les minimas (63m50) lors des championnats de France d’hiver en février dernier avec 64m14, a préféré ne pas s’aligner aux championnats d’Europe par équipes en Pologne, le week-end passé.

>> À LIRE AUSSI : Championnats de France : Mélina Robert-Michon écrit l’histoire, Claire Palou s’offre un record

« Je ne me sentais pas de faire un gros déplacement pour quatre essais. J’ai aussi un peu en tête les Europe en salle (lors desquels les cas de Covid-19 étaient nombreux au retour après la compétition), ça m’avait refroidie. » Confiante, la Lyonnaise ne compte pas participer à beaucoup de compétitions avant Tokyo. Elle se présentera en fin de semaine à Hengelo puis mercredi à Florence pour la Ligue de Dimant, le 26-27 juin marqueront sa dernière sortie de préparation. A 41 ans, la discobole connaît son corps et sait ce qu’elle doit faire pour arriver en forme à ses quatrième Jeux Olympiques.

Rénelle Lamote pose un pied en terre japonaise en réalisant l’exploit

1’58’’65, la spécialiste du double tour de piste a réalisé, ce mardi soir, les minimas tant attendus synonyme d’un billet d’avion pour Tokyo. Aux aguets lors du premier tour, la coureuse de 800m a pris les commandes du dernier pour venir s’imposer avec une petite longueur d’avance sur ses concurrentes. Un véritable exploit pour Rénelle Lamote qui n’était pas descendue sous les 2 minutes depuis près de 4 ans.

En pleurs sur la piste à la fin de sa course, c’est avec un grand « Ouf ! » qu’elle remercie ses supporters de l’avoir poussé depuis sa dernière grosse perf en 2016. « Réré » semble ravie que les progrès qu’elle constate à l’entraînement depuis plus d’un an et demi, se concrétisent enfin sur la piste. Une dernière condition reste à remplir, pour valider son ticket pour Tokyo, la vice-championne d’Europe en salle 2019 se doit de remporter les championnats de France du dernier week-end de juin. « J’ai déjà fait 80% du travail », assure-t-elle.

Amandine Brossier évacue la frustration en moins de 52’

En réponse au sentiment de frustration causé par la disqualification du relais féminin 4×400 à Chorzów, Amandine Brossier a claqué un beau 51’99 sur la piste de Montreuil. S’octroyant la 4ème place du meeting, l’Angevine est parvenue à franchir les 52 secondes pour la deuxième fois de sa carrière. Pour celle qui est déjà engagée avec le relais français à Tokyo, le travail ne s’arrête pas là. Les sensations semblent de retour, le chrono descend et les minimas ne sont plus si loin (51’35). En réelle progression, elle s’accordera d’autres sorties avant de s’envoler pour défendre le maillot tricolore en terre nipponne.

>> À LIRE AUSSI : En route pour Tokyo : Qui représentera l’athlétisme féminin français aux JO ?

A noter aussi, la qualification pour Tokyo de l’athlète hyperandrogène burundaise Francine Niyonsaba sur 5000m. La vice-championne olympique du 800m, n’a pas été autorisé à s’aligner sur le double tour de piste, refusant de prendre un traitement pour faire baisser son taux de testostérone. Elle s’accorde donc un « belle réponse » et continue son combat pour faire réagir les institutions, aux côtés de la sud-africaine Caster Semenya.


Photo à la Une : (@StadionActu)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page