TennisTennis : WTA

Roland-Garros : Caroline Garcia rate (encore) le coche

Battue par la Polona Hercog (74e) (7-5, 6-4) au deuxième tour de Roland-Garros, Caroline Garcia sort par la petite porte du Grand Chelem parisien. Eliminée au deuxième tour à Porte d’Auteuil pour la deuxième fois en trois ans, la Française a été surclassée par la Slovène sur le court Suzanne-Lenglen ce mercredi (7-5, 6-4). La déception est grande. Une fois de plus.

Rien n’y fait. Malgré son choix fort de se séparer de son père et coach Jean-Louis Garcia il y a quelques semaines, pour collaborer avec Gabi Urpi lors de la saison sur terre-battue, Caroline Garcia a de nouveau été battue ce mercredi au deuxième tour du prestigieux Roland-Garros. Pourtant, la Lyonnaise affrontait Polona Hercog (74e), une adversaire qu’elle avait toujours battue en quatre confrontations. Surclassée par la Slovène sur le court Suzanne Lenglen, la Tricolore n’a jamais trouvé la solution et sort par la petite porte. Bis répétita.

Avec seulement 9 petits coups gagnants et 37 fautes directes dans cette rencontre, Caroline Garcia ne pouvait pas espérer grand chose dans ce match. Si la première manche a été plutôt serrée entre les deux femmes (7-5), c’est bel et bien Polona Hercog qui a dicté le jeu et imprégné le rythme de la rencontre. Pourtant, la Slovène n’évoluait pas sur sa surface de prédilection. Dès l’entame du deuxième set, « Caro » a connu un véritable trou d’air : menée (5-1, 40-15), la Tricolore a eu une belle réaction d’orgueil en sauvant deux balles de matchs avant de revenir dans la rencontre (5-4). En vain.

>> A LIRE AUSSI : WTA : 5 moments marquants de la carrière de Caroline Garcia

Garcia appelle à la patience

Présente en conférence de presse à l’issue de son élimination prématurée, Caroline Garcia est revenue sur son récent changement d’entraîneur et son passage à la Rafael Nadal Academy. La Française a également évoqué le retour du public après de longs mois marqués par une crise sanitaire sans précédent.

« Oui, je me sens mieux dans ma peau. Je me sens bien. Il y a pas mal de paramètres. Ce n’est pas tous les jours comme ça. Cela ne se passe pas tout le temps bien. J’essaie un peu de travailler sur mon état d’esprit et comment je prends les choses. Comme je l’ai expliqué un peu sur mon premier tour. Souvent quand je suis à Roland-Garros, mon agent me dit « va chercher le public », il n’a que ça. Souvent ça m’a fait peur d’aller chercher le public, parce qu’après j’avais souvent peur de ne pas réussir à gérer ce qu’eux me donnaient. En fait, ça me déconcentre plus qu’autre chose. Souvent c’est pour ça que je suis restée léthargique et je ne me servais pas de ce public, parce que je ne me sentais pas confortable avec ça. »

« Cette année, j’ai pris plaisir à avoir du public, ils étaient super chauds, j’ai pris toutes leur énergie. Malheureusement, ça n’a duré que deux matches. Ça a été intense, notamment aujourd’hui. Plusieurs fois, je suis allée le chercher et sans le faire, ils répondaient présents. C’est incroyable d’avoir cette chance de vivre de tels moments. Tu as envie de les amener avec toi dans tous les tournois, de voyager avec ta petite équipe de supporters, parce que ça donne quelque chose de différent. Aujourd’hui, je sais que c’est une défaite, que j’ai plein de choses à apprendre de ce match, mais que j’ai vécu une belle ambiance sur ce match, et que j’en ai profité à fond. »


Photo à la Une : (@WTA)

Marvin Mathieu

Marvin est l'un des fondateurs du site, rédacteur en chef. Grand passionné de sport et de langue depuis son enfance, Marvin a réussi à concilier les deux durant son passage en Espagne, où il a découvert le métier de journaliste. Quadrilingue (Français, Anglais, Espagnol, Russe), ce Cagnois de vingt-trois ans a décidé de se lancer dans l'aventure du sport féminin, en créant officiellement "Le Sport au Féminin", le 25 février dernier.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page