Athlétisme

Championnats d’Europe d’athlétisme par équipe : sixièmes, les Bleues déçoivent à Chorzów

C’est la tête basse que les Bleues ont quitté le stade de Chorzów (Pologne) le week-end dernier. A deux mois des Jeux Olympiques de Tokyo, l’équipe de France est passée à côté de ses championnats d’Europe. Un scénario quasi catastrophe qui laisse planer le doute quant aux ambitions des Françaises aux JO qui débuteront en juillet prochain.

Préférant laisser ses leaders à la maison, l’équipe de France était bien penaude ce week-end en Pologne et la journée de dimanche n’a rien arrangé. Les résultats des athlètes tricolores n’ont pas été flamboyants mais elles ont aussi joué de malchance. Retour sur un week-end délicat pour la délégation tricolore.

Encore en course pour le podium après la première journée, grâce notamment au jet convaincant d’Alexandra Tavernier (75,05 mètres) non loin de son record personnel (75,38 mètres), les Bleues se sont écroulées par la suite.

Les jeunes répondent présent

Des résultats plutôt bons aussi, chez les jeunes espoirs de l’athlétisme français. Joana Aigouy a rapporté 6 points pour sa première sélection nationale avec un jet à 59,69m au javelot. Son regard se porte désormais sur le record de France U23 détenu par Nicollin à 59m,73, une performance qui pourrait être battue lors de la saison estivale à venir. Toujours chez les lanceuses, Amanda Ngandu-Ntumba a réalisé le plus beau jet de sa jeune carrière avec 16m19 au poids. Une performance encourageante pour l’athlète de Juvisy-sur-Orge. Malheureusement, il reste encore du travail pour aller jouer les troubles-fêtes dans les finales européennes.

Les jeunes ont pris en expérience lors de ces championnats d’Europes par équipe et fait un pas de plus vers la préparation pour les Jeux de Paris 2024. Pourtant, leurs efforts prometteurs n’ont pas suffi à lancer la délégation tricolore. Les Françaises n’ont pu faire face et les déceptions se sont enchainées jusqu’à la clôture de la compétition.

Chorzów et les françaises sous la pluie

Le ciel gris de ce week-end en Pologne était à l’image de la triste mine des Françaises. Premier coup au moral en début de compétition, quand Hilary Kpatcha glissait sur sa planche d’appel lors de l’échauffement du concours de longueur et se blessait gravement au genou Ses ligaments croisés n’ont pas résisté et elle a été emmenée d’urgence vers l’hôpital. La médaillée d’or aux Jeux militaires de Wuhan avant la pandémie avait pourtant une belle carte à jouer.

Et la sale journée des Bleues ne s’est pas arrêtée là. Les filles se sont privées d’une finale européenne au 4 x 400m, où Sokhna Lacoste a entraîné la disqualification du relais féminin. Les coéquipières de la championne de France en titre du 400m, Amandine Brossier, Floria Guei et Hana Grebo sont rentrées chez elles dépitées, sans même avoir eu l’occasion de récupérer quelques précieux points.

>> A LIRE AUSSI : En route pour Tokyo : Qui représentera l’athlétisme féminin français aux JO ?

La nécessité de s’adapter dans les mois à venir

Le manque de densité sur le banc est pointé du doigt par le directeur de la haute performance Florian Rousseau. Mais le minimum syndical est là, le maintien en super ligue grâce à la sixième place décrochée. Le contraire aurait été une sacrée contre-performance pour l’équipe de France qui peine à sortir des bons résultats en l’absence des cadres. Un choix assumé par le staff français mais qui ne doit pas servir d’excuses puisque la majorité des nations présentes ont usé de la même stratégie. Il semble y avoir bien du travail dans les mois venir pour bâtir un projet plus dense afin d’aborder avec sérénité les compétitions par équipes, avec les championnats du monde ou encore les tournois olympiques.

La France finit donc 6ème avec 140 points, devant le Portugal reléguable. La Pologne, avec 181 points remporte l’or. L’Italie, 2ème avec 179 points a également montré un très beau visage.


Photo à la Une : (@EuropeanAthletics)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page