DiversInterview

Entretien avec Estelle Denis

Nous avons rencontré Estelle Denis sur les abords des courts de Roland Garros. Elle a accepté de revenir pour Le Sport au Féminin sur l’actualité sportive du moment. Entre le retour de Benzema et Roland Garros découvrez les pronostics d’Estelle Denis ainsi que sa prise de position en faveur des étudiants et de son avis sur le reportage « Je ne suis pas une salope, je suis journaliste ».

Aux côtés de Laure Manaudou, Estelle Denis s’est engagée dans une campagne avec BNP Paribas qui visait à inviter, cette semaine, 1000 étudiants de Staps à Roland Garros. Le projet financera également 5000 licences de jeunes joueurs et joueuses de tennis à la rentrée.

Pourquoi avoir accepté cette mission avec BNP Paribas ?

J’ai deux enfants donc je sais que cette année a été compliquée pour les jeunes. Nous n’avons pas beaucoup parlé d’eux, on a plus parlé de ceux qui été malades. Mais peut être que l’on ne s’est pas rendu compte de ce que ce confinement et ses conséquences avaient comme impact sur les jeunes. Alors lorsqu’on m’a parlé de ce projet, j’ai trouvé le dispositif génial, de dire aux jeunes qu’on allait leur redonner le sourire en les emmenant à Roland Garros.

Estelle Denis se remémore amusée, par ce que vie actuellement sa fille qui prépare le Bac, avoir elle aussi relu ses cours pour l’épreuve devant Roland Garros, étant plus jeune.

Pour moi c’est participer à ça, c’est faire quelque chose. On n’a pas toujours l’occasion de faire quelque chose de bien et qui a du sens. C’est pour ça que j’ai dit oui tout de suite.

L’Euro a débuté ce vendredi soir, avez-vous des pronostics sur le vainqueur ?

Je ne vais pas être très originale, le grand favori, c’est la France ! Mais je n’aime pas trop quand tout se passe trop bien. Je me dis souvent : « Est ce qu’il ne faudrait pas un petit grain de sable parce que là c’est trop parfait. ».

Les Bleus ont la meilleure équipe. Je pense aussi à la Belgique, si Hazard revient bien. Il y a De Bruyne qui est indisponible certainement pour le premier match, mais ils ont une superbe équipe.

J’attends de voir l’Angleterre défensivement, il y a beaucoup d’attaquants mais est ce qu’ils ne seront pas trop déséquilibrés ? Les Anglais et les Belges ils ne sont jamais là, il y a bien un moment où ils vont gagner quelque chose. Et l’Italie est très solide également. C’est vraiment une belle équipe, tout le monde peut marquer !

La grande question de cette dernière quinzaine, que pensez-vous du retour de Karim Benzema en équipe de France ?  

On a dû faire 1518 débats sur l’Equipe d’Estelle depuis 3 ans donc je suis contente. Ça fait plaisir de voir un joueur si heureux, avec la banane sur le terrain. Je pense qu’il va fluidifier le jeu des Bleus. On a l’impression qu’il se passe quelque chose, même si le premier match ne veut pas dire grand-chose puisqu’on a joué un 11 contre 10. Ça ne veut pas dire que l’on va gagner mais c’est un retour qui m’a fait plaisir.

Avez-vous également des pronostics pour le tournoi parisien ?

Le cœur dirait Nadal mais je me dis que c’est l’année de toutes les surprises ! Je vais mettre une petite bille sur Tsitsipas (qui joue sa demie finale, ce jeudi après-midi). Parce qu’il a une partie de tableau qui est plus « facile »  que Djoko, Federer et Nadal qui sont les trois dans le même tableau.

Dernière question, confiez-nous vos sentiments concernant le reportage de Marie Portolano qui a fait tant parler.

On ne m’a jamais autant parlé d’un sujet, j’ai reçu énormément de témoignages, notamment d’Hommes qui me disaient que c’était bien d’en parler. J’ai espoir que ça fasse bouger les choses pour ce qui est du sexisme ordinaire, vous savez les choses un peu non dites, la condescendance.

Estelle Denis souhaite que la diffusion de ce reportage soit un outil de parole pour tous. Elle insiste sur le fait que parfois les personnes concernées ne se rendent pas compte que leurs propos sont blessants. Elle-même n’a jamais été sujette à cela, peut être au vu du poste qu’elle occupe.

Mais ça ne veut pas dire que ça n’existe pas. Il faut enlever ce truc inconscient de penser qu’une fille ne peut pas être au niveau d’un mec. Si en fait ! Ça va dans le bon sens, beaucoup de chaînes ont fait des enquêtes internes. Donc les gros lourds d’eux même vont cesser d’agir de la sorte. J’espère surtout une grande évolution pour la jeune génération qui arrive.

>> A lire aussi : « Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste », le documentaire choc de Marie Portolano


Photo à la Une : (@BNPParibas)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page