Athlétisme

Championnats d’Europe d’Athlétisme U23 : Nouveau record de France sur 4x400m

Ce week-end (8 – 11 juillet), les championnats d’Europe espoir se jouaintà Tallinn (Estonie). L’occasion pour les Françaises de faire bonne figure au rang européen. La France termine première nation au nombre de podiums, et signe de belles médailles féminines.

« J’avais dit en début de compétition que ce serait dur de faire aussi bien qu’à Gävle, où nous avions une génération véritablement exceptionnelle : et bien ce soir, je vais leur dire à tous qu’ils le sont eux aussi, exceptionnels » se réjouissait Pierre-Charles Peuf, le directeur technique national référent des U23. Cette année, les Bleues ont encore tapé fort avec 17 médailles au total. Un résultat inespéré quand la Fédération n’en attendait qu’une douzaine. Quoi de mieux que de conclure ces championnats par deux jolies médailles collectives ? Un record de France, peut-être…

Un relais record

Les filles du relais 4x400m n’ont pas chômé. Sokhna Lacoste, Louise Maraval, Camille Seri et Shana Grebo se sont emparées du record de France de la discipline en 3’30’’33. Un record vieux de quinze ans, 3’30’’56 en 2007. Un tel chrono, leur vaut une médaille d’argent. Pourtant en tête pendant une longue partie de la course, les Bleues ont longtemps cru à l’or.

Lacoste en bonne spécialiste du 400 m (quatrième de sa finale la veille, avec un nouveau record personnel en 52’’19) lançait le relais sur les chapeaux de roues en classant ses camarades dans le haut de la course. L’heptathlète, Louise Maraval a placé les Françaises en tête après un excellent tour de piste. Une position parfaitement assumée par la niçoise Camille Seri (spécialiste du 400 m haies, éliminée en demi-finale). Derrière, Shana Grebo (7ème de sa finale du 400 m haies) n’a pas pu contrecarrer les plans tchèques et leur excellent retour dans la dernière ligne droite. Elle coupe la ligne à la deuxième place, et permet à ses coéquipières de rentrer dans l’histoire avec ce nouveau record de France.

Des épreuves de vitesse en délire

Le relais 4x100m a aussi fait des étincelles sur la piste de Tallinn. Marie-Ange Rimilinger, Sacha Allessandrini, Wided Atatou et Mallory Leconte ont coupé la ligne d’arrivée à la quatrième place en 44’’15. Mais la disqualification des Italiennes, pour avoir piétiné dans le couloir intérieur profitent aux Françaises qui récupèrent la médaille de bronze quelques minutes après l’arrivée.

La première au bilan français du 200m, Gémina Joseph, a signé un nouveau chrono en-dessous des 23 secondes et s’est emparée de la médaille de bronze. De bon augure avant les Jeux de Tokyo.

Sur le 100m haies avec trois engagées, la délégation Tricolore avait beaucoup d’espoir. Trois sur trois, les filles ont toutes obtenu leur ticket pour la finale. Cyrena Samba-Mayela est celle qui s’est le mieux illustrée en prenant la deuxième place en 12’’80, chrono rassurant avant les Jeux. Derrière, la Niçoise Sacha Alessandrini (12’’15) a pris la cinquième place et Laeticia Bapte la sixième (13’’27).

Flavie Renouard en or

Dans les épreuves de fond, les Françaises ont aussi montré les crocs. Sur le 3 000m steeple, avec trois engagées, là aussi la FFA avait de forts espoirs de médaille. Au final, elles seront deux à monter sur la boîte. Flavie Renouard monte sur la plus haute marche du podium en 9’51’’02 et Aude Clavier ferme la marche en 9’58’’58. C’est la Polonaise, Krolik qui complète le podium en prenant la deuxième place.

Des lancers en bronze à l’image d’Amanda Nagandu-Ntumba qui s’est parée de ce métal sur le lancer de disque avec un lancer à 56m24, elle qui s’était illustrée à la cinquième place du lancer du poids dans le même temps (16m07). La Toulousaine, du CA Balma, Jona Aigouy, a elle aussi pris la troisième place du lancer de javelot, grâce à un jet à 55m82 dès son premier essai. Une belle récompense après celle de championne de France élite de la discipline à Angers.

Si Maelly Dalmat s’est imposée au saut en longueur en améliorant à deux reprises son record personnel (6m48 dès l’entame de son concours, pour ensuite s’envoler à 6m61 à son quatrième essai), ce n’est pas le cas de la perchiste, Margot Chevrier. Loin de ses standards habituels, elle n’a pas assumé le statut de favorite et repart déçue avec une médaille en chocolat.


Photo à la une : (@FFA)

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page